La vente de la Bourse de Prague

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

La bourse de Vienne rachètera la part majoritaire de la Bourse de Prague. Les principaux actionnaires de celle-ci avec en tête Patria Finance ont déjà convenu des conditions de vente avec les actionnaires de la bourse de Vienne dont notamment des banques comme Uni Credit Bank Austria, Erste Group et Raiffeisen Zentralbank. Le prix de la transaction n’a pas été indiqué car il dépendra de la part des actions rachetée par Vienne – dans ce contexte le journal Die Presse spécule sur une somme de 200 millions d’euros offerte par Vienne à Prague.

Fondée en 1871, la Bourse de Prague a été, dans l’entre-deux-guerres, plus importante que celle de Vienne qui devient aujourd’hui son propriétaire. Les deux bourses se portent bien : l’année dernière, elles ont réalisé des bénéfices record. Dans le cas de Prague, c’était un accroissement annuel de plus d’un tiers. Depuis un certains temps on a spéculé sur la vente de la Bourse de Prague. L’un des intéressés potentiels, la Bourse de Varsovie, s’est retrouvée hors jeu puisqu’elle est contrôlée par l’Etat. Les actionnaires, les analystes ainsi que les courtiers dont Filip Kejla, de Wood & Company sont unanimes pour dire que la vente est un pas dans la bonne direction :

« Le fait que la transaction culmine en cette période, que la vente se réalise en cette période, est très surprenant et je dirais vraiment très positif pour les actionnaires de la Bourse de Prague. »

Pour le directeur général de la Bourse de Prague Petr Koblic, le déroulement de la transaction est une preuve de la haute qualité de la bourse praguoise et il se félicite de ce que ce partenariat puisse faciliter l’expansion des marchés de capitaux tchèques :

« Nous pensons que cela nous apportera non seulement des économies de longue durée, mais aussi – et c’est ce que nous avons eu notamment en vue, un accroissement des bénéfices. »

Le changement de propriétaire de la Bourse de Prague n’aura pas d’impact sur le commerce des valeurs : selon les experts, rien ne changera, dans un premier temps, pour un Tchèque négociant les actions. A l’avenir, la fusion pourrait apporter une diminution du prix des actions sur les places de Vienne ou de Budapest. Car la Bourse de Vienne est déjà propriétaire de deux importantes bourses d’Europe centrale – celle de Budapest et depuis juin dernier également de celle de Ljubljana.

La valeur de la Bourse de Prague se situe entre 5 et 10 milliards de couronnes. Outre Patria Finance, ses plus grands actionnaires sont : Česká Spořitelna – la Caisse d’épargne tchèque – et le groupe d’investissement Tiger Holding. En ce moment, on ignore quelle sera la part des actions vendues : selon le quotidien économique Hospodářské noviny, cela pourrait être jusqu’à 100%. La transaction doit encore être soumise à l’approbation des organes de régulation des deux pays et de ceux de l’UE.