Lundi noir sur les marchés mondiaux : panique aussi à la Bourse de Prague

Photo: CTK

Comme la majorité des marchés financiers en Europe et dans le monde, la Bourse de Prague a ouvert en forte baisse à - 5,2 %, mardi matin, après un lundi noir au cours duquel la valeur d’ensemble des sociétés a perdu quelque 65 milliards de couronnes (près de 2,5 milliards d’euros).

Photo: CTK
Conséquence de la mauvaise situation économique américaine et de la peur qu’engendre une éventuelle récession outre-Atlantique, la baisse de l’indice de référence de la Bourse de Prague, le PX 50, de l’ordre de 4,6 % à la clôture lundi, a été la plus importante de ces six derniers mois et l’indice des cinquante premières capitalisations, avec 1486,6 points, s’est ainsi retrouvé à son plus faible niveau depuis octobre 2006.

En République tchèque, ce sont principalement les investisseurs étrangers qui se débarrassent de leurs actions. Tandis qu’il y a encore quelques jours de cela, ils conservaient leurs gains en couronnes, lundi, ils ont commencé à échanger ces derniers dans leurs monnaies nationales. Un comportement qui explique l’affaiblissement, plutôt rare ces derniers temps, du cours de la couronne (CZK), un euro s’échangeant à 26,30 CZK, tandis que dans le même temps la monnaie tchèque perdait 30 halers (environ un eurocent) par rapport au dollar US qui s’échangeait, lui, à 18,20 CZK.

Courtier de la société Wood and Company, Jan Pavlík explique ce qui se passe actuellement :

« La nervosité sur tous les marchés d’actions est à l’origine du déclin continu de la Bourse de Prague et des autres Bourses. C’est le deuxième jour que nous sommes témoins du plongeon de plus de 5 % des marchés asiatiques. La majorité des principaux indices d’Europe de l’Ouest a ouvert, mardi matin, avec une perte de 4 à 5 %. La Bourse de Prague a bien entendu réagi à cette tendance avec une baisse mardi matin. Durant la matinée, il y a cependant eu un certain réveil même s’il faut encore attendre un peu pour voir combien de temps cela va durer. »

Mardi, peu avant midi, la baisse à la Bourse de Prague s’était en effet ralentie à 3,15 %. Pour autant, il s’agit pour les actions tchèques, qui subissent donc les conséquences de la crise internationale, du pire début d’année de leur histoire. Elles ont ainsi déjà subi une chute de leur valeur d’environ 20 % depuis le début du mois de janvier, alors qu’elles avaient enregistré des hausses à deux chiffres ces six dernières années à la même époque.