L'affaire de restitution de la villa Tugendhat

Haus Tugendhat (Foto: www.archiweb.cz

Les chances de restitution de la célèbre villa Tugendhat, qui figure sur la liste du patrimoine de l'UNESCO, aux descendants de ses anciens propriétaires sont dorénavant plus élevées : mardi, la municipalité de Brno, qui est propriétaire de la villa et qui jusqu'alors hésitait sur sa restitution, a décidé de transférer la villa à l'Etat tchèque pour que ce dernier se charge de l'affaire.

Daniela Hammer-Tugendhat et Ruth Tugendhat, photo: CTK
La décision a suscité des sentiments mitigés de joie et d'embarras auprès de Daniela Hammer-Tugendhat qui, avec sa soeur et son frère, demande la restitution de la villa de ses parents conformément à la loi sur l'atténuation des torts matériels causés aux victimes de l'holocauste. Au début des années 1990, lorsque la question d'une éventuelle restitution est apparue, les Tugendhat l'ont refusée. Vivant tous ailleurs, à Vienne et à Zurich, ils ne pensaient pas s'établir dans la villa. Le motif de présenter la demande juste avec l'expiration du délai était le mauvais état de ce bijou de l'architecture fonctionnaliste de 1930, oeuvre de Ludwig Mies van der Rohe figurant depuis 2001 sur la liste du patrimoine de l'UNESCO.

La ville de Brno, chargée de la gestion de la villa, n'a toujours pas commencé les travaux de restauration. Certaines parties, dont l'escalier du jardin, sont dans un état délabré. Les aménagements intérieurs ont également besoin d'être restaurés et complétés. La plupart des aménagements ne sont plus des originaux : une partie a été emmenée par les Tugendhat lors de leur fuite en 1938 devant les nazis, d'autres ont disparu pendant la guerre lorsque la villa était occupée par la gestapo et le reste après la guerre. La restitution rendrait possible le retour d'originaux dans la villa. L'objectif des Tugendhat est de laisser la ville accessible au public et d'assurer sa nécessaire restauration.

Mardi, la municipalité de Brno a donné son feu vert, en décidant de transférer la villa à l'Etat tchèque. Le maire de Brno Roman Onderka explique :

« Depuis 1989, toutes les affaires concernant l'holocauste et les restitutions sont réglées par l'Etat et nous voulons qu'il en soit ainsi aussi dans le cas de la villa. Nous respectons le droit moral de la famille Tugendhat et nous voulons tout faire pour que leur propriété leur soit restituée, en accord avec le droit tchèque. »

Le ministre des Finances Miroslav Kalousek s'en étonne : reconnaître la prétention morale ne suffit pas, il aurait fallu restituer la villa directement. Pour la famille Tugendhat, cette décision est peu claire, mais elle y voit un geste positif ouvrant la voie à la restitution.