L’architecte Jan Kaplický a imaginé une raie noire pour České Budějovice

Jan Kaplický, photo: CTK

Une fois de plus l’architecte tchéco-britannique Jan Kaplický revient à la une de l’actualité. La semaine dernière, il a été souvent cité par la presse en tant qu’auteur du projet très controversé de la nouvelle Bibliothèque nationale de Prague. Ce mardi, il a présenté son projet d’un grand centre culturel dans la ville de České Budějovice.

Jan Kaplický, photo: CTK
Les projets de Jan Kaplický ne manquent pas de force évocatrice et éveillent la fantaisie du public. Celui que l’architecte prépare pour České Budějovice est d’ores et déjà comparé à une raie, à un avion ultrasophistiqué et même à une femme gisante. L’architecte ne cache d’ailleurs pas qu’il s’inspire des formes animales et humaines. Si le centre qui doit porter le nom d’Antonín Dvořák est construit, il abritera deux salles de concert et pourra servir aussi à l’organisation de congrès. La capacité de la grande salle sera un millier de spectateurs, l’autre salle de dimensions plus modestes sera conçue pour 400 personnes. Tandis que l’extérieur de l’édifice est noir, lisse, sobre et élégant, à l’intérieur, l’architecte a déployé toute une palette de couleurs et d’idées. «L`intérieur de l’édifice est très coloré. C’est un des principes de ce projet. Il est cependant surtout acoustique, » dit-il.

Pour donner aux salles une excellente acoustique, Jan Kaplický a consulté des chefs d’orchestre et des musiciens renommés, a visité de célèbres salles de concert à Berlin et à Londres et a étudié leurs paramètres. Il veut créer un édifice accueillant et confortable pour les musiciens. D’immenses fenêtres, ressemblant à des yeux, ouvriront l’édifice et même la salle principale à la nature environnante. «J’ai dit que le monde nous enviera ce centre. Et je le répète : le monde nous enviera, » déclare le violoniste renommé Bohuslav Matoušek.

Photo: CTK
La municipalité de České Budějovice se montre, elle aussi, très favorable à ce projet. Le centre doit être construit à l’emplacement d’une ancienne caserne démolie. «Je ne pense pas qu’il y aura de problèmes en ce qui concerne le terrain sur lequel doit être construit cet édifice, parce que les terrains à cet endroit appartiennent à la ville, » estime le maire de České Budějovice Juraj Thoma tout en se déclarant convaincu que le projet de cette envergure contribuera à la renommée de la ville et entrera dans les manuels d’architecture.

Photo: CTK
L’Association des amis de la musique de České Budějovice, initiatrice du projet, souligne qu’un centre culturel de ce genre manque beaucoup à la ville. Les frais de la réalisation sont évalués à une somme allant d’un à deux milliards de couronnes, quelque 40 à 80 millions d’euros. L’association espère obtenir pour sa réalisation des subventions des fonds de l’Union européenne.

«Le projet m’intéresse beaucoup. A mon avis, la ville de České Budějovice est un endroit idéal pour ce genre de construction, » dit l’eurocommissaire Vladimir Špidla. Il semble donc que le centre culturel de České Budějovice a déjà un défenseur important à Bruxelles. Si tout va bien, les travaux de construction pourraient commencer au printemps 2010.