Le 11 septembre et ses conséquences sur les relations tchéco-américaines

11 septembre 2001, New York, photo: Michael Foran, Creative Commons 2.0

Ce week-end, les Etats-Unis marquent le dixième anniversaire des terribles attentats du 11 septembre 2001. Après cette date, les relations internationales n’ont plus jamais été les mêmes que la veille. Pour parler des conséquences de ces événements sur les relations entre la République tchèque et les Etats-Unis, Radio Prague s’est adressée au journaliste américain Erik Best, qui était déjà basé à Prague avant 2001.

11 septembre 2001, New York, photo: Michael Foran, Creative Commons 2.0
Est-ce que ce le 11 septembre 2001 a marqué un tournant pour la République tchèque ? Le pays était en plein processus d’adhésion à l’UE et était déjà membre de l’OTAN, est-ce que cet événement a accéléré cet ancrage à l’Ouest ?

« Dans un sens oui, je crois. Les Tchèques ont été un des alliés les plus proches des Etats-Unis en ce qui concerne les événements du 11 septembre. Comme les Américains, les Tchèques ont utilisé la situation pour changer la politique envers les citoyens et renforcer les règles. Egalement pour faire la guerre : les Tchèques ont participé très volontairement – avec peu de soldats parce que l’armée tchèque est plutôt petite. Mais il n’y a pas beaucoup de domaines dans lesquels les Tchèques ne se sont pas mis d’accord avec les Américains en ce qui concerne les événements après le 11 septembre, c'est-à-dire les guerres et les restrictions des libertés. »

Une des autres conséquences plus concrètes pour la République tchèque et sa capitale Prague, c’est la fermeture de certaines rues du centre-ville à cause de la radio américaine Radio Free Europe, qui a ensuite été déménagée en banlieue pour ne plus gêner la circulation. Est-ce que cette radio et la protection que lui assure la République tchèque est un symbole important de ces relations privilégiées entre les Etats-Unis et la République tchèque ?

« Je crois que la radio était un symbole plus important quand elle était située au centre-ville. Maintenant, c’est plus loin, et je ne crois pas qu’il y ait beaucoup de Tchèques qui se souviennent du fait qu’elle existe encore à Prague. Je pense que pour le gouvernement tchèque c’est un atout pour ses relations avec les Américains mais pour les gens en général ça ne joue pas un rôle très significatif. »