Le Bundestag critique les propos du Premier ministre tchèque

Milos Zeman, photo: CTK

Le gouvernement et le parlement allemand ont critiqué, au Bundestag, les récents propos du Premier ministre tchèque, Milos Zeman, concernant les Allemands des Sudètes.

Milos Zeman, photo: CTK
Le gouvernement et le parlement allemand ont critiqué, au Bundestag, les récents propos du Premier ministre tchèque, Milos Zeman, concernant les Allemands des Sudètes. Dans son interview à l'hebdomadaire autrichien, Profil, Milos Zeman aurait dit que beaucoup d'Allemands des Sudètes avaient trahi la Tchécoslovaquie ce qui, selon les lois d'alors, aurait été passible de la peine de mort et donc, leur expulsion et leur transfert vers l'Allemagne ont été une peine incomparablement plus modérée que la peine de mort. Le gouvernement allemand ne demande pas une excuse au chef du cabinet tchèque. La plupart des partis politiques allemands ont refusé de surestimer ses propos et de se laisser entraîner à des débats émotifs et houleux, déclenchés par la consultation populaire autrichienne sur la centrale nucléaire tchèque de Temelin. Le chef de la diplomatie allemande, Joschka Fischer, a fait appel aux partis d'opposition à ne pas troubler les rapports tchéco-allemands par le passé, à éviter tout ce qui pourrait compliquer l'élargissement européen, et à se concentrer sur l'avenir. Le vice-premier ministre tchèque, Pavel Rychetsky, a apprécié l'attitude du gouvernement allemand, en rappelant que la question sudéto-allemande a été réglée dans la Déclaration de réconciliation tchéco-allemande de 1997, et que c'est ce document qui constitue la base des rapports réciproques.