Le calumet de paix en attendant le cigare de la victoire?

La bienvenue à la délégation tchèque, photo: CTK

Plus que deux jours nous séparent de la proclamation de l'ouverture des XIXèmes jeux Olympiques d'hiver de Salt Lake City. Informations, par Guillaume Narguet, sur les derniers préparatifs et la préparation de la délégation tchèque.

La bienvenue à la délégation tchèque, photo: CTK
C'est mardi, que le comité d'accueil des Jeux a solennellement souhaité la bienvenue à la délégation tchèque. Après qu'ait retenti l'hymne national et que fut hissé le drapeau, des descendants des peuples originels d'Amérique ont offert au chef de mission tchèque, Frantisek Dvorak, un calumet de la paix. Toute la cérémonie s'est déroulée dans l'esprit des traditions historiques de l'état d'Utah. La flamme olympique, elle, devrait arriver jeudi soir dans la ville organisatrice américaine, au terme d'un bien long voyage: allumée comme il se doit à Olympie, en Grèce, en novembre 2001, plus de 11000 coureurs à pied se sont, depuis, relayés pour parcourir les quelque 22000 kilomètres de son itinéraire. Le nom du dernier porteur de la flamme restera gardé secret jusqu'à la cérémonie d'ouverture de vendredi.

Salt Lake 2002, photo: CTK
Mais toutes ces considérations doivent probablement passer au second plan pour les sportifs qui se préparent et s'entraînent déjà sur place. Les skieurs de fond tchèques sont ainsi en stage depuis deux semaines dans un village à proximité des tracés de compétition. Ils reviendront au village olympique 24 heures avant le début des festivités, les premières épreuves de ski de fond débutant samedi. En attendant, logés dans un chalet en location où ils peuvent apprécier les petits plats préparés par leur propre cuisinier, les fondeurs continuent à s'habituer aux 1700 mètres d'altitude, soit la limite prohibitive, selon le règlement, à toute organisation d'épreuves de fond. Problèmes de respiration donc, mais aussi de qualité d'une neige changeante d'un jour à l'autre du fait de températures pouvant varier de moins 30 à plus 10 degrés. Malgré cela, tous font l'éloge du site et des tracés, et se montrent soulagés de ne plus avoir à subir la visite des commissaires de la lutte antidopage, qui ont effectué des contrôles très complets, y compris sanguins. Ne reste donc plus maintenant qu'à rêver, comme le fait Katerina Neumannova, le plus sérieux espoir tchèque de médaille, qui déclare dans un entretien pour le journal Lidové Noviny: "Parfois, je me représente la splendeur d'un instant: celui où je passe la ligne d'arrivée les bras levés vers le ciel..."