Le Château de Prague a rouvert ses portes

Le Château de Prague

Le 1er avril est la date à laquelle les châteaux et les monuments historiques de la République tchèque rouvrent leurs portes. Au Château de Prague, qui attire le plus de touristes étrangers, la visite des endroits historiques est accentuée par toute sorte de manifestations culturelles - concerts en plein air, expositions, démonstrations d'escrime, de métiers médiévaux, etc. C'est aussi vrai pour les jardins baroques au-dessous du Château où je vous invite tout d'abord.

Le jardin Ledebour
Les jardins baroques s'étendant au pied du Château de Prague, sur le côté sud, portent les noms des derniers propriétaires des palais situés en bas par lesquels les jardins sont accessibles. Marketa Zelenkova de l'Institut du patrimoine de la capitale Prague nous les présente:

« C'est le jardin Ledebour, le grand jardin Palffy, le jardin Kolowrat, le petit jardin Palffy et le jardin Fürstenberg. Les jardins sont ouverts tous les jours, en juillet et en août jusqu'à 21 heures. Pendant les mois de juin et de juillet, des concerts de musique classique tchèque seront donnés, le mardi et samedi, et le 1er juillet, un cycle de concerts de musique contemporaine débutera avec deux grandes dames de la chanson - Marta Kubisova et Hana Hegerova. Nous continuerons dans la tradition des concerts de cor et, puisque l'année 2006 et une année Mozart, son opéra Don Giovanni retentira dans les jardins pendant le mois de juillet. »

Le jardin Palffy
Dès le XIVe siècle, la pente raide sous le château a servi à la culture de la vigne et des arbres fruitiers. Au XVIe, les terrains ont été progressivement occupés par des maisons et des palais fastueux, derrière lesquels des jardins en terrasses ont été créés graduellement. Les jardins du versant sud du Château sont un exemple des jardins baroques de type italien, très rare chez nous. Ils sont très précieux par leur architecture qui est aussi leur plus grand décor. Aussi, n'abondent-ils pas en fleurs. Lors des remaniements baroques, les jardins, à l'origine Renaissance, ont été richement ornés de plastiques et dotés de chutes d'eau, de fontaines, de petits pavillons et de terrasses raides reliées par des escaliers et des passages. Le jardin Ledebour, doté d'une salla terrena avec une décoration picturale spectaculaire, occupe la position la plus occidentale. Le jardin attenant du jardin Ledebour, le petit jardin Palffy, relativement simple, à la suite duquel se trouve le grand jardin Palffy, qui est vaste avec un escalier inséré dans son axe. Le jardin Kolowrat est l'avant-dernier dans la série. Il complète modestement le dernier jardin de l'ensemble aujourd'hui accessible - le petit jardin Fürstenberg, qui est, par sa composition, sans doute le plus pittoresque. Le reste du versant est occupé par le grand jardin Fürstenberg qui n'est pas accessible au public, appartenant, par une moitié, à l'ambassade de Pologne.

Les jardins ont été tous conçus comme des oasis de repos et d'inspiration. Ils offrent des vues inattendues sur les toits de Mala Strana et sur le panorama de Prague. Chacune des presque 30 terrasses sur lesquelles les jardins sont situés donne une autre vue. Les terrasses sont reliées par 22 volées d'escaliers permettant différentes alternatives de passage, y compris la toute nouvelle jonction avec le complexe du Château de Prague. En 1991, les jardins, dans un état délabré et inaccessibles pendant des décennies, ont été confiés aux soins de l'Institut du patrimoine de Prague qui en a assuré la restauration complète. Les travaux ont pu être effectués surtout grâce au financement de l'Etat, et depuis 1993, à une contribution financière importante de la Fondation Prague Heritage Fund créée sous le patronage du prince de Galles, Charles, et de l'ancien président, Vaclav Havel. L'année dernière, les jardins ont accueilli quelques 73 000 visiteurs.

Nous quittons les jardins pour continuer notre promenade vers le Château où une surprise nous attend : dans la cour du Vieux Palais, nous pouvons assister à la l'achèvement d'une réplique de grue médiévale à propulsion humaine. La grue en bois de pin est reconstituée selon les illustrations de la Bible de Venceslas datant de 1390 et fait partie de l'exposition « Charles IV, empereur par la grâce de Dieu » actuellement en cours. Selon l'un des auteurs du projet, Vit Mlazovsky, le sens de la reconstitution de la grue est de vérifier l'authenticité des ressources historiques et le fonctionnement pratique de cette machine de levage simple, utilisée au Moyen-Age pour construire les cathédrales et les châteaux. En effet, l'exposition une fois terminée, la grue sera déplacée au château de Tocnik et servira aux ouvriers, lors des travaux de renouveau de sa charpente. Vit Mlazovsky est sûr que la construction de la grue haute de 10 mètres fonctionnera sans problème :

« Beaucoup dépendra du poids des deux hommes qui la mettront en mouvement. Sa construction a été vérifiée sur la base des calculs de statique et est conçue en sorte que sa flèche supporte entre 700 kg et une tonne. »

La réplique de la grue médiévale sera solennellement érigée au Château de Prague, le 1er mai prochain. Les visiteurs pourront l'essayer de leurs pieds et leurs mains.

10
50.094639840000
14.400818750000
default
50.094639840000
14.400818750000