Le château d'Opocno en Bohême orientale

r_2100x1400_radio_praha.png

Les restitutions des biens confisqués par les nazis ou par le régime communiste dans l'ex-Tchécoslovaquie demeurent au centre de l'attention du public tchèque et remplissent les pages de la presse tchèque. Tout dernièrement, début mars, l'Etat a restitué presque 3000 ha de forêts et de terres agricoles dans les monts Orlicke, en Bohême de l'est, à Cristine Colloredo-Mansfeld, héritière de la famille qui avait en sa possession le château d'Opocno dans la même région. Nous consacrons notre ballade touristique non seulement à cette restitution qui traîne depuis huit ans déjà mais aussi à Mme Colloredo-Mansfeld et le château de son père dont elle aimerait obtenir la restitution.

Les restitutions des biens confisqués par les nazis ou par le régime communiste dans l'ex-Tchécoslovaquie demeurent au centre de l'attention du public tchèque et remplissent les pages de la presse tchèque. Tout dernièrement, début mars, l'Etat a restitué presque 3000 ha de forêts et de terres agricoles dans les monts Orlicke, en Bohême de l'est, à Cristine Colloredo-Mansfeld, héritière de la famille qui avait en sa possession le château d'Opocno dans la même région. Nous consacrons notre ballade touristique non seulement à cette restitution qui traîne depuis huit ans déjà mais aussi à Mme Colloredo-Mansfeld et le château de son père dont elle aimerait obtenir la restitution.

Mme Cristina Colloredo-Mansfeld a pu obtenir une partie de ses biens grâce à un amendement de la loi sur les restitutions datant de l'an 2000, qui permet aussi la restitution des biens confisqués par les nazis. Les descendants de la famille Cristina et Jerôme, réclament le château d'Opocno, une partie de la collection familiale d'oeuvres d'art, dont ils ont déjà 68 peintures, et la grande partie du mobilier comprenant environ 10 000 objets. De nos jours, le château ainsi que la collection sont gérés par l'Institut national de protection des monuments historiques. Ce dernier, qui suspecte le comportement de la famille pendant la guerre, s'oppose à cette restitution.

Qui sont en effet les membres de la famille Colloredo-Mansfeld? Le père de Cristina, Josef Colloredo-Mansfeld s'est vu confisquer le domaine d'Opocno par les nazis en 1942 à cause de son attitude négative à l'égard du Reich. Après la Seconde Guerre mondiale, il ne pouvait pas en obtenir la restitution, car il était considéré comme un individu peu sûr. Sa fille, héritière du domaine a quitté la Tchécoslovaquie d'après-guerre à l'âge de sept ans pour s'installer au Canada. Puis elle vivait en Autriche et en Grèce. Pour le moment l'Etat a restitué à Mme Colloredo-Mansfeld 2800 ha de forêts sur la totalité de 4600 ha qu'elle demande, 10 maisons à Opocno et 5 maisons dans la région de Rychnov nad Kneznou.

« Mon père et moi, nous n'avions jamais envisagé de récupérer le domaine d'Opocno », dit Mme Colloredo-Mansfeld et de poursuivre « pendant le régime communiste mon père ne voulait jamais mettre les pieds sur la terre tchécoslovaque. Je sens aujourd'hui que j'ai une dette de reconnaissance à l'égard de mes ancêtres et c'est pourquoi je veux récupérer le château ainsi qu'une partie des collections. »

Au cas où Cristina Colloredo-Mansfeld gagnerait le procès de restitution, elle voudrait que le château demeure accessible au public et qu'il soit animé davantage par des manifestations culturelles, des expositions, des concerts, etc.

On parle du château d'Opocno, je vous propose donc de le visiter. Le château se trouve sur l'emplacement du château fort gothique dont seule un bastion cylindrique, appelée oubliettes, s'est conservé jusqu'à nos jours. En 1495, le domaine d'Opocno a été acheté par la famille noble Trcek, dont Mikulas Trcka de Lipa occupait un poste important dans la cour de Georges de Podebrady. Nous devons à cette famille une reconstruction d'envergure du château grâce à laquelle il a reçu le plan rectangulaire entourant la cour intérieure. La galerie en arcades décorée des colonnes toscanes crée une communication entre tous les espaces du château. La façade revêt une très riche décoration sgraffite. Autour de l'an 1602, on a ajouté à l'ensemble un jeu de paume et un belvédère dont un étage lié à l'église et au château par un couloir. Adam Erdman a été le dernier propriétaire du château de la famille Trcek. Avec son beau frère, Albrecht de Wallenstein, il a été assassiné à Cheb le 25 février 1634. Une partie des biens confisqués des deux aristocrates est passée entre les mains des organisateurs du meurtre, Rudolf Colloredo et son frère Jérôme. Après un grand incendie vers la fin du XVIIe siècle, ces derniers on fait reconstruire le château dans le style baroque. Ils ont confié les travaux à l'architecte italien Alliprandi. Depuis, le château a la façade rouge.

Le château abrite la galerie de peintures fondée par François Gundakar Colloredo-Mansfeld à Döbling près de Vienne. En 1808, la collection comptant presque 500 oeuvres d'art a été transportée à Prague, avant d'être installée au château d'Opocno en 1895. Parmi ses chefs-d'oeuvre les plus anciens, il y a le tableau peint sur bois « Zerotin » de 1575, réalisé à la mémoire de la mort du fils de Jan Jetrich de Zerotin. Parmi les auteurs représentés dans la collection, il y a Pietro della Vecchia, Antonio Zanchi, Francesco Trevisani, des disciples de Rafael...

La bibliothèque du château, dont la première mention date de 1635, est également digne de votre attention. Elle compte environ 12 000 livres dont le plus ancien est la chronique du monde Liber cronicarum, publié par Hartman Schedel en 1493 à Nuremberg, que l'empereur Rodolphe II a offert à Rodolphe Colloredo. La bibliothèque abrite notamment la littérature spécialisée juridique (Codex Justinien de 1542), géographique, religieuse, philosophique, etc. Passons maintenant dans la salle où se trouve la collection très précieuse d'armes, abritant les armes de la période antique jusqu'au XIXe siècle. Il y a aussi des armes africaines ou indiennes qui, après la disparition de la collection du roi d'Espagne pendant la guerre civile, est devenu une collection unique au monde.

Avant de terminer notre visite du château d'Opocno, je vous propose encore de faire une petite promenade dans le parc anglais situé dans la vallée du ruisseau d'or (Zlaty potok). Dans le parc vous trouvez non seulement des plantes ligneuses précieuses et un système de lacs avec des ponts et des chutes d'eau artificielles mais aussi un pavillon chinois ou une grotte artificielle pour pèlerin. Le parc a été fondé dans les années 1806-1820 par Rodolphe Joseph Colloredo-Mansfeld.

Auteur: Astrid Hofmanová
lancer la lecture