Le flottage du bois sur la Vltava pourrait être reconnu par l’UNESCO

Photo: Archives du Musée de la ville de Prague

La tradition du flottage du bois sur la rivière Vltava est candidate à une inscription au patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. La semaine dernière, le ministre tchèque de la Culture a signé les documents nécessaires à l’élaboration du dossier.

Il s’agit là d’une candidature commune de six pays. Outre la République tchèque, la Lettonie, l’Allemagne, la Pologne, l’Autriche et l’Espagne participent également au projet. Le dossier de candidature sera déposé d’ici fin mars et fera ensuite l’objet d’un examen long de plusieurs mois.

Le flottage du bois sur la Vltava,  photo: Antonín Cuc,  CC BY-SA 4.0

Les premières mentions relatives à ce mode de transport par voie d'eau pour des pièces de bois sur la Vltava, rivière qui prend sa source dans le sud de la Bohême, remontent au XIe siècle. Du Moyen Âge jusqu’à la fin du XIXe siècle, en Europe et en Asie, le flottage a été en effet le mode de transport le plus courant et le moins onéreux pour le bois.

Sur le territoire tchèque, il a été probablement pratiqué sur toutes les rivières navigables, notamment sur la Vltava, mais aussi sur l’Elbe, la Malše, la Lužnice, la Nežárka ou encore sur la Berounka et la Sázava.

Le flottage du bois sur la Vltava en 1903,  photo: public domain

Ce mode de transport du bois, qui était à son apogée en Bohême au XIXe siècle, a disparu avec la construction des barrages et des lignes du chemin de fer. Mais la tradition perdure en République tchèque et elle cultivée par de nombreuses personnes. Les flotteurs d’aujourd’hui, comme leurs prédécesseurs, maîtrisent la technique de construction du radeau. Ils doivent aussi avoir des connaissances relatives à sa navigation sur la rivière.

Le flottage du bois sur la Ohře,  source: Sandelius de Cadano,  CC BY-SA 4.0

Enfin, le métier a sa culture spécifique, ses coutumes particulières, ses chansons et même son argot. On écoute un de ces amoureux du flottage, Jaroslav Camplík qui dirige l’association Vltavan :

Jaroslav Camplík,  photo: ČT

« Le flottage du bois a une longue tradition en République tchèque. C’est un savoir-faire qui se transmet de génération en génération. Evidemment, c’est une attraction touristique aujourd’hui. De temps en temps, nous construisons un radeau comme l’ont fait nos ancêtres il y a cent ans et nous le mettons à l’eau, en présence du public. »

Plusieurs associations tchèques, créées au tournant des XIXe et XXe siècles à Prague, ainsi que dans les communes de Davle, Štěchovice et Pukarec, réunissent encore aujourd’hui des flotteurs. Elles sont membres de l’Association internationale des flotteurs et radeliers qui a pour but la recherche de documents et de témoignages historiques sur le transport du bois par voie fluviale, ainsi que la sauvegarde des eaux et des écosystèmes fluviaux, lacustres et forestiers.

Le flottage du bois sur la Vltava à Prague,  photo: Rijksmuseum,  public domain

Une décision finale quant à une éventuelle inscription du flottage du bois sur la Vltava au patrimoine immatériel de l’UNESCO est attendue pour la fin de l’année 2022.

La République tchèque compte actuellement sept pratiques figurant sur cette liste, comme par exemple la fauconnerie, le théâtre de marionnettes ou la fabrication de décorations de Noël en perles de verre soufflé.