Le nouveau centre culturel de Tunis - un projet tchéco-tunisien !

Túnez

La République tchèque participera, à partir du mois de mars 2006, à la construction d'un important centre culturel à Tunis. Le projet (le coût de sa première étape de construction s'élève à 40 millions d'euros), sera réalisé par l'entreprise tchèque Geosan qui siège à Kolin, en Bohême centrale, et financé par la Komercni banka (Banque commerciale). Le Premier ministre tchèque, Jiri Paroubek, a profité de sa récente visite à Tunis pour rencontrer, d'une part, les représentants de Geosan qui sont déjà sur place, et d'autre part, l'architecte Bahri Riadh. Il décrit son projet :

« Il y a trois théâtres, le grand fait 1800 places, un auditorium qui fait 700 places et un théâtre expérimental, destiné aux jeunes et qui fait 350 places. Cette partie-là s'appelle les arts vivants. Il y a aussi des salles d'exposition qui manquent énormément à Tunis, nous n'avons pas de grande salle qui remplirait toutes les conditions nécessaires pour pouvoir conserver des oeuvres d'art. Donc c'est une occasion d'en construire une qui fait 3200m². Il y aura une maison des artistes, avec une bibliothèque et une médiathèque. Et pour que ce centre attire encore plus de gens, nous y avons associé aussi des activités commerciales para-culturelles, style Fnac ou multi-médias. Il ne suffit pas de construire, il faut aussi, par la suite, exploiter. »

Ce sera sans doute le plus grand centre culturel dans le pays ?

« Certainement en Tunisie, mais aussi dans tout le bassin. A Alexandrie, en Egypte, il y a la bibliothèque, à Dubaï, il y aura une grande maison d'opéra, mais si on prend un centre qui rassemble tous les arts, je pense que celui de Tunis est le seul exemple. On a fait la même chose à Tokyo ou à Sydney. Si tout va bien, notre centre pourrait ouvrir dans trente mois. »

Le ministre tchèque de la Culture, Vitezslav Jandak, a accompagné le chef du cabinet lors de son voyage en Tunisie et au Maroc. Le ministre et ses homologues africains s'apprêtent à reconduire, dans un proche avenir, les accords bilatéraux de coopération culturelle conclus il y a plus de trente ans. Vitezslav Jandak vous en dit plus :

« Côté gestion des bibliothèques, par exemple, il est intéressant pour nous qu'il y a peu de temps, une nouvelle bibliothèque, très moderne, a été inaugurée à Tunis. Comme vous le savez, nous aussi, nous nous apprêtons à construire, à Prague, une nouvelle bibliothèque nationale, donc nous pourrions, je pense, nous inspirer ici. Un autre champ de coopération pourrait être celui de la protection du patrimoine, car la Tunisie et le Maroc veillent énormément à la conservation de leurs monuments historiques. Donc nous envisageons, avec mes homologues, un échange de groupes d'experts des trois pays. Enfin, on me reproche souvent de négliger les arts de la scène - mais je ne les oublie pas : mes partenaires et moi, nous sommes en train de choisir des ensembles musicaux tchèques qui pourraient participer aux nombreux festivals qui sont organisés dans la région. Je pense, par exemple, à un festival marocain de musique sacrée, où sont invités aussi bien des Juifs que des chrétiens et des musulmans. »

Dommage qu'une tournée de l'Orchestre philharmonique tchèque au Maroc, prévue pour juin prochain et évoquée également par le ministre de la Culture, ne se réalise pas. Précisons aussi que cette semaine, le projet de construction du nouveau bâtiment central de la Bibliothèque nationale de République tchèque a été concrétisé. Situé dans le quartier de Letna, l'édifice sera doté de salles de lecture et d'exposition, de magasins, d'un café et d'un restaurant, avec une vue sur le Château de Prague. La bibliothèque devrait être ouverte d'ici à quatre ans.

Auteur: Magdalena Segertová
mot-clé:
lancer la lecture