Le plus grand hold-up d'une poste pragoise demeure sans malfaiteurs

Trois malfaiteurs (Photo: CTK)

Il y a cinq ans, trois malfaiteurs ont commis le plus grand hold-up dans un bureau de poste pragois, dans l'histoire de la criminalité tchèque. Cette semaine, le tribunal de Prague les a acquittés faute de preuves. Astrid Hofmanova.

Logo de poste
Le vol de 28 millions de couronnes, dans un bureau de poste pragois, est devenu un cas très suivi, non seulement à cause du montant record de la somme volée, mais aussi parce que le procureur n'a présenté, au tribunal, qu'une seule preuve indirecte. Tout ce dont on dispose pour le moment est un certain nombre de présomptions reposant sur le flair d'un chien à qui on a soumis les empreintes olfactives des suspects. Sur la base de cette preuve, le représentant du ministère public a proposé la peine de 5 à 7 ans de prison que le tribunal vient de rejeter. Ainsi, le juge a donné raison aux avocats qui considèrent cette preuve indirecte comme insuffisante. La voiture qui attendait les malfaiteurs devant la poste, et où l'on a trouvé des empreintes olfactives, appartenait, en effet, à la société où les trois suspects travaillaient. Cette voiture a été volée dans le parking de cette société le jour même du hold-up. A cette occasion, le juge a critiqué le travail de la police qui n'était pas en mesure de présenter des preuves suffisantes.

Trois malfaiteurs (Photo: CTK)
Que s'est-il donc passé, il y a cinq ans, dans une rue calme du quartier de Dejvice à Prague ? Trois hommes masqués ont commis le hold-up de la poste, le 31 octobre 1997. Autour de neuf heures du soir, deux employés de la poste comptaient l'argent dans le bureau où se trouvait le coffre ouvert. Ils ont laissé la fenêtre ouverte. A la même heure, une voiture se gare dans la rue, et deux hommes en sortent une échelle pour monter à la fenêtre. Les employés ligotés, les malfaiteurs partent avec 28 millions. Le troisième complice les attend dans la voiture.

En dépit du verdict du tribunal, le représentant du ministère public, qui s'est pourvu en appel, est convaincu de la culpabilité des trois hommes. Une affaire donc à suivre.

Auteur: Astrid Hofmanová
lancer la lecture