Le procès d'anciens hauts fonctionnaires communistes

Anciens hauts fonctionnaires communistes: Z. Wiederlechner, J. Obzina et V. Starek, photo: CTK

Anciens hauts fonctionnaires communistes: Z. Wiederlechner, J. Obzina et V. Starek, photo: CTK
Le plus grand procès d'anciens hauts fonctionnaires communistes d'avant 1989 a commencé, lundi, devant le tribunal de Prague 6. Quatre fonctionnaires de la police communiste, la StB, et leur supérieur, l'ex-ministre de l'Intérieur, Jaromir Obzina, sont inculpés d'abus de pouvoir. Dans les années 1977-1985, ils ont lancé une campagne de répression dite Assainissement. Son objectif était de contraindre les personnes incommodes au régime à l'émigration. Les contraintes allaient du harcèlement psychologique à la terreur physique. Environ 50 signataires de la Charte 77 étaient visés par cette campagne. Parmi eux, le prêtre catholique Vaclav Maly, le rabbin Karol Sidon, l'écrivain Vlastimil Tresnak. Ce dernier et certains autres anciens dissidents se sont constitués partie civile et demandent réparation. Le principal responsable - l'ex-ministre de l'Intérieur - rejette les chefs d'inculpation en indiquant avoir agi en accord avec la loi alors en vigueur. Ses propos ont indigné le chanteur Jaroslav Hutka, l'un de la vingtaine de dissidents que le régime avait contraint au départ, et qui a vécu en Hollande ; ils ont indigné Zdena Tominova, dont la famille était exposée à des pressions énormes et qui fut concernée par un ordre spécial émis en 1980 par le ministre Obzina en vue de la contraindre à l'émigration. Le procès se poursuit par les dépositions des victimes. Le jugement est attendu vers le 11 décembre.