Le projet de construction de deux tours jumelles à Prague provoque la désapprobation de l'UNESCO

Stadtteil Pankrac

Une fois de plus, le centre de Prague est menacé par la construction de gratte-ciel, une fois de plus l'UNESCO menace de rayer le centre historique de la capitale tchèque de sa liste du Patrimoine mondial. Cette fois, cependant, la situation semble sérieuse.

Pendant des années, les experts ont débattu du projet de construction de tours dans le quartier de Pankrac qui est assez éloigné du noyau historique de la ville. Aujourd'hui, la critique frappe surtout le projet d'érection de tours jumelles de 150 mètres dans le quartier de Holesovice. Si le projet était réalisé, les deux édifices, qui se dresseraient au-dessus des plus hautes maisons du quartier, seraient visibles de loin et modifieraient le panorama de Prague. Rien d'étonnant que les experts de la protection des monuments historiques lancent des cris d'alarme. Une commission de l'UNESCO doit se rendre à Prague en février prochain pour juger sur place quelles seront les conséquences de ces constructions sur le caractère historique du centre de Prague. Les premiers pas vers la réalisation du projet ont déjà été faits et l'atelier CMC architects, qui s'apprête à le réaliser, le défend ardemment et n'entend pas en démordre.

L'UNESCO a déjà lancé un avertissement par l'intermédiaire de la section tchèque du Conseil international des monuments et des sites. « Le projet de ces gratte-ciel nous inquiète sérieusement », déclare le président de cette organisation, Josef Stulc. Mechtild Rossler, chef de l'unité Europe à la centrale de l'UNESCO à Paris, a évoqué pour Radio Prague les raisons pour lesquelles l'UNESCO pourrait avoir recours à des sanctions et rayer les sites récalcitrants de la Liste du patrimoine mondial :

« S'il y a des menaces concrètes ou potentielles, par exemple une grande construction qui menace l'intégrité visuelle d'un site classé au patrimoine mondial, cela peut poser un vrai problème pour les valeurs universelles du bien classé, comme par exemple cela a été le cas avec la cathédrale de Cologne qui a été inscrite sur la liste rouge, c'est-à-dire la liste du patrimoine mondial en péril. (...) Tous les pays ont vraiment peur que l'UNESCO et le Comité du patrimoine mondial retirent un bien de la Liste du patrimoine mondial parce que cette liste, c'est d'abord une grande reconnaissance. Cela a beaucoup de retombées économiques à travers le tourisme et le développement régional, et donc c'est vraiment une menace pour les pays. »

Face à ce danger, la municipalité de Prague est contrainte d'agir. Selon le chef de la commission municipale de protection des monuments historiques, Jan Knezinek, un ensemble de directives que les investisseurs et architectes seront désormais contraints de respecter est actuellement en préparation. Le document, qui sera élaboré en coopération par des urbanistes, des architectes et des experts de protection des sites historiques, fixera les règles dans ce domaine et définira les lieux sur lesquels de nouvelles constructions pourront être érigées. Il mettra aussi des limites à leur hauteur. Le document, qui aura un impact essentiel sur le marché immobilier en République tchèque, sera présenté aussi à la commission de l'UNESCO.