Le sommet de Göteborg et la République tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

Comment les résultats du sommet des quinze à Göteborg sont-ils perçus en République tchèque ? Une réponse avec Alena Gebertova.

La République tchèque a la chance d'adhérer à l'Union européenne en l'an 2004. A l'issue du sommet de Göteborg, les échéances de l'élargissement de l'Union européenne prennent des contours plus concrets que jamais auparavant... C'est dans cet esprit que va l'ensemble des commentaires dans la presse tchèque de ce lundi.

Les quinze ont décidé, en effet, que les négociations d'adhésion avec les candidats les mieux préparés devraient s'achever avant la fin de l'an 2002. Ainsi, l'année 2003 serait celle de ratification d'accords concernés, tandis que l'année 2004, celle de l'entrée de nouveaux pays dans l'Union, donc, de l'élargissement en tant que tel. Les quinze ont formulé cette perspective comme un but à atteindre. C'est donc, dorénavant, aux pays candidats d'avancer le plus vite possible et d'accomplir tous les critères nécessaires.

La République tchèque se trouve dans le premier wagon des pays candidats. Elle aura clôturé 19 des 31 chapitres. Le Premier ministre tchèque, Milos Zeman, souhaite que les Tchèques figurent parmi ceux qui achèveront les négociations d'adhésion comme premiers. « Avant encore les prochaines législatives, ce gouvernement pourra conduire la République tchèque sur le seuil de l'Union tchèque », dit-il. Celles-ci auront lieu, rappelons-le, au printemps prochain.

En ce qui concerne les partis politiques tchèques, les résultats de Göteborg sont très positivement accueillis non seulement par la social-démocratie, parti actuellement au pouvoir, mais aussi par la dite coalition des quatre, formation de droite d'opposition. « C'est une occasion formidable pour la Tchéquie », estime le chrétien-démocrate, Milan Simonovsky. Le discours des responsables du premier parti de droite, l'ODS et des communistes est, traditionnellement, plus réservé. C'est d'ailleurs au sein de l'ODS, dirigé par Vaclav Klaus, qu'a vu le jour, il n'y a pas longtemps, le Manifeste de l'euroréalisme tchèque...