Le voyage des archives d'exil de l'Allemagne en Tchéquie

r_2100x1400_radio_praha.png

Lundi, un camion chargé d'objets bien précieux est arrivé de l'Allemagne en République tchèque. Il transportait des centaines de livres et de journaux, parus en samizdat, et des documents sur les activités des émigrés tchèques et slovaques à l'époque du communisme. Quel était et quel sera leur destin ? Question pour Magdalena Segertova.

Dans la moitié des années 80, une poignée d'intellectuels tchèques, vivant à l'étranger, a décidé de fonder un Centre de documentation de la littérature tchécoslovaque indépendante. Des livres interdits par le régime communiste, des journaux tchèques paraissant à l'étranger, des photographies, des lettres, des cassettes, des documents de la rédaction tchèque et slovaque de la radio Europe Libre, des informations sur le Printemps de Prague, tout cela a été rassemblé au château Schwarzenberg, à Scheinfeld, en Allemagne. Le château est donc devenu une bibliothèque et un centre de recherche, d'étude et d'information. Et ceci jusqu'à l'année dernière, où une première partie de documents a été déplacée à Dobrichovice, non loin de Prague. Depuis lundi, la documentation est donc de nouveau complète. Le camion arrivé à Dobrichovice et déchargé, une célébration y a eu lieu à cette occasion. Plusieurs personnalités tchèques et slovaques y ont assisté, par exemple l'écrivain Ludvik Vaculik, le sociologue Jirina Siklova, Vilem Precan, directeur actuel du Centre de documentation, mais également des représentants de la diplomatie, des ministères de la Culture et des Affaires étrangères, ainsi que du Musée National. La plupart des invités ont été, sous l'ancien régime, liés au monde de la littérature non officielle, éditée en exil ou, clandestinement, en Tchécoslovaquie et envoyée ensuite à l'étranger.

Mais... le cheminement des archives, ne s'est pas encore terminé. Dans quelques années, elles devraient être déplacées la dernière fois, au bâtiment appartenant au Musée National, dans le quartier pragois de Mala Strana. Là-bas, comme à Dobrichovice, les documents seront à la disposition des historiens.

Auteur: Magdalena Segertová
lancer la lecture