Les campagnes se font entendre

0:00
/
0:00

Les maires des villages et hameaux se sont fait entendre : ils ont obtenu du Ministère des finances une réforme à venir de la redistribution des impôts. Le budget ainsi redéfini devrait doubler dans les plus petites communes.

Le combat a commencé en janvier dernier, lorsque le SPOV - Spolek Pro Obnovu Venkova, Alliance Pour le Renouveau des Campagnes - a lancé une « Pétition contre la discrimination des habitants des campagnes », signée par environ mille maires, réclamant, entre autres, un changement dans la répartition des impôts perçus.

La loi en vigueur depuis l'an 2000 instaure un système dans lequel les communes remettent à l'Etat la plupart des impôts qu'elles perçoivent, à savoir la totalité des impôts des entreprises et des taxes perçues, et deux tiers des impôts des personnes physiques. Les sommes sont redistribuées aux communes en fonction du nombre d'habitants, les communes étant réparties en quatorze catégories - ainsi, après redistribution, le village de Haluzice de 74 habitants se voit redistribuer 4000 couronnes par habitants et par an alors que la ville d'Ostrava en obtient 16 500, et la ville de Prague, 28 300. Comme le fait remarquer Tomas Sachr, pour l'hebdomadaire Respekt, la moitié de la totalité des impôts ainsi redistribués est accordée aux cinq plus grandes villes du pays, qui ensemble ne représentent pourtant qu'un cinquième de la population tchèque...

Les maires ont obtenu une promesse de changement de la part du ministère des Finances : de quatorze on passera à quatre catégories, le fossé représenté par le passage d'une catégorie à une autre devrait se réduire. La dimension de la commune devrait être prise en compte, en plus du nombre d'habitants. Le budget des plus petites communes pourrait ainsi doubler, et quatorze grandes villes verront leur budget diminuer. Les maires concernés ont exprimé leur satisfaction, faisant cependant remarquer qu'il ne s'agit que d'un premier pas dans une bonne direction, à savoir la suppression des catégories et ainsi l'abandon de l'avantage accordé aux plus grandes villes...

Ainsi cessera le phénomène absurde d' « achat » d'habitants que pratiquent certaines villes pour passer un pallier et se trouver dans une catégorie plus avantageuse - comme la ville de Jihlava qui offrait 3000 couronnes à qui s'y faisait nouvellement domicilier...