Le ministère de l’Agriculture veut empêcher le dépeuplement des petites communes

Photo illustrative: Štěpánka Budková

Le ministre de l’Agriculture, Marian Jurečka, veut dédier deux milliards de couronnes (près de 74 millions d’euros) au développement des petites entreprises situées dans les communes de moins de 500 habitans. Le projet, qui prévoit notamment de leur proposer des crédits avantageux, a pour objectif de donner naissance à la création de nouveaux emplois en zone rurale d’empêcher ainsi le dépeuplement des villages.

Photo illustrative: Štěpánka Budková
Le nombre de Tchèques vivant dans des petites communes, et notamment celles de moins de 500 habitants, diminue constamment. Entre 2001 et 2014, ces villages ont enregistré une baisse de leur population de 36 000 personnes, c’est-à-dire de 4,2 %. Les problèmes liés à la recherche d’un emploi et les risques de pauvreté plus élevés constituent les raisons principales au départ des habitants de zones rurales vers des territoires plus urbanisés. Cette situation pourrait bientôt changer grâce à un projet du ministère de l’Agriculture qui vise à soutenir le développement des PME dans ces régions défavorisées.

« Les PME ont un rôle clé dans la création de l’emploi dans des villages. C’est la raison pour laquelle nous voulons proposer des crédits spéciaux destinés aux entrepreneurs qui realisent leurs activités dans ces localités. Selon ce projet, toute personne concernée pourrait obtenir jusqu’à 2 millions de couronnes (74 000 euros) pour le développement de son entreprise », a précisé le ministre, Marian Jurečka.

« Si on veut maintenir la vie dans les petites communes, on doit soutenir les petits entrepreneurs. Une épicérie, un pub, une ferme ou des services artisanaux, ce sont des éléments fondamentaux de la vie de chaque village », a confirmé le président de l’Association de PME, Karel Havlíček, qui voit ce projet notammnet comme un bon moyen pour motiver les citoyens de ces localités à être plus actifs. « Si la vie à la campagne disparaissait, ce serait mauvais pour l’ensemble de la société. Nous voulons ainsi empêcher un éventuel dépeuplement des villages, qui s’est produit par exemple en Italie ou en Grèce », a-t-il ajouté.

Enfin, pour motiver les habitants des villages de moins de 500 habitants à travailler dans des entreprises locales, le ministère projette de leur proposer de réduire des cotisations de l’assurance sociale. Selon Marian Jurečka, cette mesure pourrait concerner jusqu’à 386 000 personnes vivant dans quelque 2 000 communes.