Les Chemins de fer tchèques et l'écologie

r_2100x1400_radio_praha.png

Première « République tchèque au quotidien », cette année. En considérant le grand nombre de touristes étrangers qui viennent en Tchéquie, pour de diverses raisons, j'ai choisi de vous parler des moyens de transport : Pourquoi ? Parce que les Chemins de fer tchèques ont considérablement augmenté leurs tarifs, à partir du 1er janvier 2002.

En général, quand on parle de voyages, on parle aussi des moyens de transport. La République tchèque est un petit pays par sa superficie, donc quand on parle des moyens de transport, cela concerne le train, le car et la voiture individuelle. L'avion est, plutôt, réservé aux voyages à l'étranger. Jusqu'au 1er janvier, le père de famille tchèque pouvait raisonner ainsi : Pour aller voir grand-mère, à Ostrava, nous prendrons le train. C'est le moins cher. Hé bien, aujourd'hui, cela n'est plus valable ! En effet, avec l'entrée en vigueur des nouveaux tarifs des Chemins de fer tchèques, le voyage Prague - Ostrava, dans les 400 kilomètres, pour une famille de quatre personnes, revient environ au même prix, que l'on prenne le train, le car ou la voiture... En fin de compte, le choix du moyen de transport ne dépend plus que du prix, mais d'autres facteurs qui entrent en jeu. Sur les longues distances, le voyage en car est le moins cher. D'un autre côté, il est le moins confortable. En effet, dans un car, on ne s'arrête pas quand on veut, comme en voiture, on ne peut se détendre les jambes, de temps en temps, comme en train. On ne peut pas, non plus, emporter beaucoup de bagages. Sur les plus courtes distances, le car est beaucoup plus avantageux que le train. Mais attention, il faut prendre en compte le nombre de personnes qui effectuent le voyage !

Sur les grandes distances, plusieurs centaines de kilomètres, on assiste, maintenant, à un paradoxe. Pour quatre personnes, le voyage en voiture est le moins cher ! Pourquoi ? Tout simplement parce que le prix des carburants a énormément baissé, depuis la fin de l'année passée : d'environ un euro, en novembre encore, il est passé à 70 centimes, au début de cette année. Au contraire le prix du train a augmenté d'une extraordinaire manière : dans les 60 % d'augmentation pour un billet courant, donc sans aucune réduction. L'avantage va donc, très certainement, à la voiture. Et encore, nous ne prenons en considération que le prix du billet de train deuxième classe, dans un train ordinaire. A ce prix, en effet, il faut ajouter toute une gamme de suppléments : trains Eurocity, Intercity, Supercity expres divers, etc. Vous vous direz certainement : mais les chemins de fer ont coutume d'offrir diverses sortes de réductions. C'est vrai, même pour les Chemins de fer tchèques. Par contre, pour se retrouver, dans leur système de réduction, cela n'est pas facile. Alors comment voyager en train, en Tchéquie, et au meilleur prix ?

Dans un article publié par le quotidien national Mlada fronta Dnes, l'auteur affirme que pour utiliser les réductions des Chemins de fer tchèques, il faut avoir les qualités d'un détective. Force est de constater qu'il a bien raison. Le règlement est, quelque fois, même des plus surprenants. Apprenez, par exemple, que pour bénéficier d'une réduction en tant que groupe, il suffit d'être deux !

En consultant les nouveaux tarifs, vous trouvez encore un autre fait aberrant : un aller-retour n'est valable que du jour au lendemain ! Cela veut dire que si vous prenez un aller-retour pour un départ lundi à 8 heures du matin, vous devez revenir le mardi à 8 heures du matin, au plus tard ! En plus de cela, une réduction sur un aller-retour n'est valable qu'en seconde classe ! Pour le voyageur qui prend le train quotidiennement, pour se rendre à son travail ou à l'école, il n'y a pas tellement de changements : en général, ces clients des chemins de fer prennent des cartes de réduction, à la semaine, au mois - augmentation de 7 %, en moyenne. Le voyageur handicapé bénéficie d'une réduction sur présentation de sa carte de handicapé. De même pour les personnes âgées de plus de 70 ans. La hausse du prix du billet concerne, surtout, les voyageurs occasionnels, les vacanciers. Pour eux, un seul moyen pour ne pas payer le prix fort. Primo tenter de s'y retrouver dans le système de réductions. Encore faut-il que les réductions soient valables sur le train choisi. En effet, certaines réductions ne peuvent être appliquées pour les trains Eurocity, Intercity ou Supercity, ceux qui offrent le plus grand confort. Secundo : acheter une carte client « Z ». Vous vous demanderez pourquoi « Z » ? Parce que client, en tchèque, se dit « zakaznik ». Elle coûte 6 euros et est valable pour une année. Avantage : vous bénéficiez d'une réduction de 50 % sur le tarif normal et vous pourrez faire autant de voyages que vous le voulez. Mais attention ! Impossible de combiner votre carte Z avec d'autres réductions.

En fin de compte, le Tchèque moyen arrive au calcul suivant : si je veux aller à plus de cent kilomètres de chez moi, étant Pragois, par exemple à Ostrava (400 km), avec ma femme et mes deux enfants, je paierais dans les 50 euros en car 52 euros en train (avec toutes les réductions possibles), et à peu près les mêmes 52 euros en voiture. Voyage aller-retour. Différences pour un aller : sept heures de voyage en car, cinq heures en train, quatre seulement en voiture. A qui donnerez-vous la préférence ? Avec le nombre de voitures à Prague (plus d'une pour deux Pragois), pas difficile de choisir...

Puisque j'ai parlé des touristes étrangers qui viennent en grand nombre en Tchéquie. Qu'en est-il des voyages des Tchèques à l'étranger ? Je vous présenterai un exemple personnel. J'ai de la famille en Slovaquie et donc, je m'y rends au moins une ou deux fois par an. Le voyage représente une traite de plus de 500 kilomètres. Je vous propose de faire la comparaison vous-mêmes : le voyage en train dure huit heures et demie, en car sept heures et demie, en voiture cinq heures et demie au maximum (voyage le samedi, sans attente à la frontière et sans bouchon sur l'autoroute). Pour le prix, incontestablement, le moins cher est le voyage en car : dans les 13 euros. Le train me coûtera 30 euros en seconde classe et 33 euros en première. En voiture, je dépenserais 35 euros, certes, mais ma voiture (une trois litres) consomme dans les 9 litres sur l'autoroute. Mais attention ! Ce n'est que le prix par personne ! Si je pars seul, le moins cher est donc le car ou le train, mais si je pars avec mon épouse et mes deux chiens, tout l'avantage va à la voiture, même en passant plus de cinq heures au volant. Avantage de plus : je peux emporter autant de bagages que peut contenir la voiture et m'arrêter quand et où je veux. Alors le choix va, tout naturellement, à la voiture. Et cela est tout aussi valable pour un voyage Prague - Paris, par exemple.

Conclusion de toute l'affaire et de cette rubrique : en dépit des signaux d'alerte des mouvements écologiques, des politiciens, de la population tchèque, elle-même, de plus en plus de citoyens choisissent la voiture pour leurs déplacements irréguliers, donc vacances, week-end et autres, en dehors des voyages pour se rendre au travail ou à l'école. Les experts sont formels : à ce train-là, c'est le cas de le dire, la Tchéquie va tout droit au phénomène américain, quand les routes sont surchargées de voitures et les voies de chemin de fer disparaissent les unes après les autres. Et l'écologie dans tout cela ? Je pense que vous aurez bien compris la grande différence avec la France, par exemple, où l'utilisation du train a repris de l'ampleur. Pourquoi ? Je vous laisse le soin de répondre à cette question.