Les enseignants en grève le jour de la nomination du nouveau ministre de l’Education

Photo: CTK

La moitié des 200 000 enseignants de République tchèque sont entrés en grève, mardi, pour dénoncer le budget 2008 insuffisant qui ne prévoit pas les deux milliards de couronnes nécessaires pour couvrir leurs salaires et les investissements dans les écoles. L’entrée dans ses fonctions du nouveau ministre de l’Education, Ondrej Liska, le jour de la grève n’a pas réduit leur mobilisation.

Photo: CTK
« Grève. Ecole fermée. » Jusqu’à 6 000 des 10 000 écoles primaires, secondaires mais aussi maternelles que compte la République tchèque ont affiché cette inscription à leur porte, mardi 4 décembre. La plupart des écoles ont été fermées, certaines se sont jointes symboliquement à la manifestation. Dans beaucoup de grandes villes, dont Prague, Hradec Kralove, Znojmo et Olomouc, les enseignants ont manifesté dans les rues pour réclamer une hausse du budget destiné à l’enseignement. Le chef du syndicat des enseignants, Frantisek Dobsik, souligne que le gouvernement n’a accordé qu’un seul des trois milliards de couronnes supplémentaires que réclamait le corps enseignant :

Frantisek Dobsik, photo: CTK
« Les 933 millions que le gouvernement a promis d’accorder ne peuvent pas remédier aux problèmes dont souffre l’enseignement. Le salaire moyen des enseignants diplômés est de 21 000 couronnes, alors que celui des fonctionnaires dépasse les 27 000 couronnes. Mais il n’y a pas que le problème des salaires, près de 500 millions de couronnes manquent pour le financement du matériel didactique et de la formation ultérieure des pédagogues. »

L’adjoint au chef du syndicat, Vaclav Picl, explique, lui, comment on est parvenu à la somme revendiquée de trois milliards de couronnes :

« Cette somme tient compte du taux d’inflation qui sera de 5%, l’année prochaine. 2,5 milliards de couronnes sur les trois milliards que nous demandons devraient donc servir à ce que le revenu réel des enseignants en 2008 ne baisse pas en dessous du niveau actuel. »

La mobilisation des employés dans l’enseignement a coïncidé avec la nomination d’Ondrej Liska au poste de ministre de l’Education, resté vacant pendant plus de deux mois. Selon lui, la grève était incontournable mais elle n’obtiendra pas gain de cause. La réserve d’un milliard de couronnes supplémentaires trouvé par le gouvernement est le maximum :

Photo: CTK
« Ce que je propose, moi, ce sont des négociations très solides qui seront menées non pas ad hoc, juste avant l’adoption du budget de l’Etat, mais des négociations qui réuniront à la même table des négociations tous les partenaires concernés et qui se dérouleront pendant toute l’année. »

La grève a touché près d’un million d’élèves. Dans l’ensemble, les parents qui ne pouvaient pas envoyer leurs enfants à l’école et devaient se débrouiller ont pourtant soutenu la revendication du syndicat sur la hausse du budget destiné à l’enseignement. La grève des enseignants a été la plus massive de ces cinq dernières années: elle a mobilisé plus de 100 000 personnes.