Les femmes encore très désavantagées sur le marché tchèque du travail

Foto: geralt / Pixabay

Le marché du travail en République tchèque est assez injuste à certains égards pour les femmes. Il existe encore de grandes différences entre les revenus des unes et des autres. L'écart de rémunération entre hommes et femmes est l'un des plus importants de l'Union européenne.

Source: geralt / Pixabay, CC0
Les femmes tchèques sont souvent surqualifiées pour leur travail, mais gagnent en grande majorité moins que les hommes.

Michaela travaille en tant que gestionnaire d'événements pour une entreprise en Bohême centrale. Elle voit le plus gros problème non pas dans la rémunération mais dans la condition des femmes sur le marché du travail. Cela est particulièrement évident lors de la recherche d'un emploi :

"Lorsqu'une femme et un homme postulent pour un poste dans une entreprise, l'homme est très souvent préféré."

Michaela décrit sa propre expérience de recherche d'emploi:

"C'était il y a environ deux ans. J'ai postulé pour un poste de chef de bureau. Après le processus de candidature, on m'a dit que j'avais plus d'expérience et que j'étais la meilleure des candidats, mais que je ne serais pas acceptée. Parce que l'employeur ne prend pas le risque d'une employée susceptible enceinte dans un an ou deux. C'est la seule raison pour laquelle je n'ai pas obtenu le poste. Il a été occupé par un homme qui était loin d'être aussi expérimenté que moi."

Les femmes gagnent environ 20% de moins

Il existe encore de grandes disparités entre les femmes et les hommes à cet égard. L'Office européen des statistiques Eurostat a publié les résultats d'une étude à l'occasion de la Journée internationale de la femme, le 8 mars dernier. Les femmes gagnent en moyenne environ 15% de moins par heure que les hommes dans l'UE. Il existe des différences importantes entre les différents États membres. Le plus grand écart salarial se trouve en Estonie avec un peu moins de 23%, le plus petit en Roumanie avec 3%. La République tchèque (20%) est juste derrière l'Estonie et l'Allemagne (21%) à une troisième place peu flatteuse.

L'écart de rémunération entre les sexes varie en fonction de l'âge. Elle est généralement faible à l'âge de l'entrée dans la vie active et augmente progressivement. Dalibor Holý est un expert du marché du travail à l'Office de statistiques tchèque CSU :

Photo: Commission européenne
"L'écart salarial entre hommes et femmes est très faible pour les plus jeunes, qui n'ont généralement pas encore de famille. À partir de 30 ans, cependant, il devient très important et encore plus grand jusqu'à 40 ans. Les salaires ne s'ajustent pas avant d'avoir atteint l'âge de la retraite."

Le congé de maternité pour les femmes joue un rôle important à cet égard. Ce sont généralement les femmes qui abandonnent leur emploi pour s'occuper de l'éducation des enfants. Le congé parental tombe souvent précisément dans cette phase de la vie professionnelle où, selon la statisticienne Jitka Erhertová, la hausse des salaires est particulièrement frappante:

"À cet âge, les hommes n'ont pas peur de changer d'emploi et d'accepter de meilleures offres. De cette façon, ils atteignent des postes de direction où ils perçoivent des salaires plus élevés que les femmes."

Après leur retour sur le marché de l'emploi, les femmes travaillent souvent à temps partiel. Outre le salaire, la flexibilité ou la capacité de travailler à temps partiel lors de la recherche d'un emploi est également cruciale. Les femmes ont tendance à gagner moins car elles travaillent à temps partiel et dans des emplois moins bien rémunérés. Si ces facteurs sont pris en compte, la différence de salaire est moindre, mais toujours là.

Une plus grande pression pour l'égalité

De l'avis de Michaela, la pression en faveur de l'égalité a également augmenté ces dernières années en Tchéquie. À son avis, cela vaut également pour la rémunération. Dans le même temps, Michaela admet qu'il existe de grandes différences entre Prague et le reste du pays :

« Prague est très multiculturelle. Il n'est pas tout à fait correct de compiler les statistiques basées sur la situation à Prague. La capitale ressemble aux autres métropoles européennes, car il y a de nombreux expatriés et de nombreuses sociétés étrangères ici. Cependant, si vous regardez les chiffres dans d'autres villes de la République tchèque, comme Brno ou Ostrava, les deuxième et troisième plus grandes villes du pays, vous verrez de grandes différences. Là, la femme doit se battre beaucoup plus pour son poste. En fin de compte, elle peut également y gagner un bon revenu, mais le chemin est beaucoup plus long que pour un homme. Une candidate n'obtient pas immédiatement un poste de direction, mais est initialement placée dans une position inférieure à celle d'un homme. Le candidat masculin est automatiquement présumé apte et responsable, et il reçoit immédiatement le poste de manager. »