Les foyers tchèques face à la hausse des prix de l’énergie

sloupy1.jpg

Les prix de l’électricité en République tchèque augmenteront à partir du 1er janvier prochain de 9 % en moyenne et, avec la nouvelle taxe écologique, leur augmentation atteindra 10 %. C’est une mauvaise nouvelle notamment pour les foyers équipés du chauffage électrique.

Par contre, les spécialistes du marché et représentants des entreprises se montrent plutôt satisfaits, parce qu’ils s’attendaient à une hausse encore plus importante. Le pire ne s’est pas produit parce que les prix de la distribution et des transferts d’énergie dans le réseau haute tension, soit les services contrôlés par l’Etat, n’augmentent que de 1,7 %. L’analyste de la société Cyrrus, Jan Prochazka, évalue les retombées de ces changements sur les simples consommateurs :

« Les dépenses des foyers pour l’énergie augmenteront considérablement. On ne peut pas faire une évaluation exacte de cette augmentation. Certaines familles habitent dans des maisons, d’autres dans des logements, et l’augmentation variera entre 150 et 500 couronnes, soit 5 à 20 euros par mois, ce qui est sans doute une hausse considérable. »

Le chef de l’Office de régulation de l’énergétique, Josef Firt, estime que l’augmentation des prix sera encore plus dramatique. Il le démontre sur la région de Prague:

« Là, où l’on n’utilise l’électricité que pour l’éclairage et la cuisine, l’augmentation ne fera que près de cent couronnes. La catégorie des foyers qui utilisent l’électricité pour l’éclairage, la cuisine et le chauffage de l’eau paiera plusieurs centaines de couronnes de plus, et pour les foyers qui utilisent l’électricité en plus pour chauffer leurs maisons la différence peut atteindre quelque milliers de couronnes. »

Presque la totalité de l’énergie électrique en République tchèque est fabriquée par le groupe CEZ qui est également distributeur d’une partie de sa production. Le reste est distribué par les société E.ON et Prazska energetika qui livrent à leurs clients une énergie encore plus chère. Pourtant, Jaroslav Mil, président de l’Union de l’industrie et des transports ne pense pas que les petits consommateurs changeront massivement de distributeurs :

Jaroslav Mil
« Si la différence ne représente que quelques centaines de couronnes par an, les efforts déployés, la perte du temps, l’analyse des offres et du contrat proposé, les démarches à faire risquent d’annuler les économies dues à des tarifs plus avantageux. Quant à moi, je pense que tout cela poussera les distributeurs d’énergie à proposer aux clients des services d’une plus grande qualité, mais qu’on ne peut pas s’attendre à des transferts importants des clients d’un distributeur à l’autre ou à une baisse des prix. »

Et ce n’est pas tout. En 2008 les consommateurs tchèques doivent se préparer aussi à l’augmentation des prix du gaz et du chauffage à distance.