Les grands moments du festival de Cesky Krumlov

r_2100x1400_radio_praha.png

Avec 24 concerts à son programme, le XVe Festival international de musique de Cesky Krumlov se classe parmi les plus importantes manifestations culturelles de cet été en République tchèque. Du 21 juillet au 26 août, le public de cette ville-musée qui figure sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO a pu et pourra encore assister à de grands concerts de musique symphonique, à des récitals de chant, de piano, d'orgue et de guitare.

Cette année, les anniversaires obligent, on trouve dans le répertoire des ensembles et des solistes qui y participent beaucoup d'oeuvres de Mozart et quelques-unes de Chostakovitch. Exceptionnellement on a aussi mis à la disposition du festival, pour deux soirées seulement, le Théâtre baroque du château de Cesky Krumlov. L`ensemble Collegium Marianum de Prague, deux chanteurs et un mime y ont présenté, les 10 et 11 août, l'opéra bouffe de Giovanni Battista Pergolesi «La Serva padrona ». A l'issue du spectacle suivi d'un petit banquet dans la Salle des masques, une des plus belles du château, j'ai demandé à la directrice de l'ensemble, Jana Semeradova, de faire un petit bilan de ce projet:

« Il est difficile de décrire mon impression, parce que je suis un peu émue. Non seulement parce que nous avons pu nous produire dans ce théâtre qui est à mon avis le plus beau théâtre baroque au monde, non seulement parce que le théâtre dispose des accessoires et des décors authentiques qui changent à l'aide d'une machinerie conservée, mais aussi parce que l'acoustique de la salle est excellente. Je suis non seulement émue, je suis ravie. Et j'aimerais revenir en arrière parce que la coopération avec le metteur en scène français Jean-Denis Monory a été extrêmement inspiratrice. Ce travail a beaucoup appris non seulement aux chanteurs avec lesquels Jean-Denis a étudié la gestuelle baroque mais aussi aux musiciens qui ont pu collaborer au spectacle pendant tout le temps. J'espère fort que ce genre de production pourra se répéter ici mais tout dépend d'une éventuelle autorisation de jouer dans ce théâtre pour le public. C'est pour la première fois que le festival de Cesky Krumlov a programmé un tel spectacle et il faut dire un grand merci au dicteur du festival mais surtout au directeur du château de Cesky Krumlov, M. Pavel Slavko, qui ont permis de réaliser ce projet exceptionnel. »

La réalisation de ce spectacle a été confiée au metteur en scène français Jean-Denis Monory. Il a eu, entre autres, la tâche difficile de faire comprendre aux spectateurs l'action de cet opéra chanté en italien et présenté sans traduction:

« Oui, je pense que grâce à la gestuelle, les rapports dans les regards, l'expression italienne que je cherchais à leur donner, parce que ce ne sont pas des Italiens et il fallait qu'ils comprennent vraiment le sens des mots, je pense que cela a été plus compréhensible pour les gens même s'ils ne comprennent pas l'italien du tout. Je pense qu'ils ont été émerveillés parce qu'ils ont souri. C'était surtout beau et simple et il y avait quelques moments assez farceurs qui ne sont pas énormes et qu'apporte au spectacle le personnage muet de Vespone. Mais pour dire la vérité, le public de ces deux soirées a été un peu spécial, quand même. J'ai hâte de jouer ce spectacle devant un « tout public », devant un public en jeans, devant des enfants, des grands et des vieux, un public de toutes les sociétés. Je pense qu'on réagira plus dans quelques jours en Finlande où ce sera « tout public » ».

Aimeriez-vous répéter cette expérience ?

« Oui, j'aimerais répéter cette expérience et créer quelque chose ici. Répéter ici pendant quinze jours au minimum et présenter un opéra plus sérieux, une tragédie, peut-être un opéra français, ce serait bien, ou un opéra de Bohême de XVIIIe siècle, mais avec un plus grand nombre de chanteurs, avec plus d'effets spéciaux, la machinerie, etc. Utiliser tout cela et créer des costumes superbes, une gestuelle et des ballets. J'aimerais bien travailler avec un chorégraphe. En tout cas, ce théâtre le mériterait. »

Le festival International de Cesky Krumlov se poursuivra encore jusqu'au 26 août et se terminera par un concert de l'Orchestre symphonique de la Radio tchèque avec au programme trois concertos pour piano de Mozart.