Les « Lions tchèques » pour les meilleurs films du pays

'Stesti'

Si la France a ses « Césars », la Tchéquie, elle, a ses « Lions tchèques ». La cérémonie de la remise des prix cinématographiques aux meilleurs films tchèques de l'année 2005 s'est déroulée, samedi, dans la salle Lucerna à Prague. Alena Gebertova.

Bohdan Slama (à gauche), photo: CTK
22 longs métrages ont été réalisés au cours de l'année écoulée, en République tchèque. Seuls quatre d'entre eux se sont vus décernés l'un des douze « Lions tchèques ». Le film « Something like Happiness », « Stesti » en version originale, en a récolté le plus. Plébiscitée d'abord par l'Académie tchèque du film et de la télévision comme le meilleur film de l'année, cette deuxième réalisation du jeune Bohdan Slama a obtenu en outre des prix pour la meilleure réalisation, le meilleur scénario, la meilleure photographie et les meilleures interprétations féminines et masculines. Le film relate la vie au quotidien de trois jeunes personnes, dans une petite ville industrielle et sinistre dans le nord du pays, leurs amitiés et leurs amours... Cette histoire tragi-comique n'a pas séduit seulement le public et la critique tchèque. On rappellera que « Stesti » s'était imposé, aussi, sur la scène internationale en remportant la Coquille d'Or à Saint-Sébastien et le grand prix du festival d'Angers.

'Stesti'
« Histoires d'une folie ordinaire », « L'Etat du soleil », « Les Fous ». Tels sont les titres des trois autres films tchèques qui ont également été décorés d'un « Lion tchèque ». Le jury a décidé de récompenser, aussi, le réalisateur Jan Nemec, l'une des grandes figures de la « nouvelle vague » du cinéma tchèque des années soixante, pour sa contribution au cinéma tchèque. De sa riche filmographie on rappellera « Les Martyrs de l'amour » ou « The Party and the Guests ». Son dernier film, il l'a consacré à la femme peintre tchèque surréaliste, Toyen, qui a passé une grande partie de sa vie en France.

« Le film tchèque continue à vivre », a déclaré le réalisateur Bohdan Slama à l'issue de la 13ème cérémonie de la remise des « Lions tchèques ». Et le ministre de la Culture, Vitezslav Jandak, présent à la soirée de gala, d'ajouter que le film tchèque se portera mieux encore après l'adoption de la nouvelle loi sur la cinématographie, censée lui apporter un important soutien... Adoptée par la Chambre des députés, il lui faut encore un aval de la Chambre haute et le paraphe du président...