L’Etat tchèque veut recruter 5 000 nouveaux fonctionnaires

Photo illustrative: Pixabay, CC0

5 000 postes de fonctionnaires pourraient être créés l’an prochain. C’est du moins ce qui propose le projet de budget 2018 que le gouvernement de Bohuslav Sobotka étudiera à la fin du mois de juin. Cette proposition déplaît toutefois aux partis de l’opposition de droite, ainsi qu’au mouvement ANO, la deuxième plus importante formation de la coalition gouvernementale.

Photo illustrative: Pixabay, CC0
Les augmentations en question concernent en premier lieu l’éducation. En 2018, l’Etat pourrait en effet embaucher 4 300 nouveaux enseignants et travailleurs non pédagogiques. Ces changements réagissent notamment à l’essor démographique que connaît le pays depuis 2007 et qui se traduit par une augmentation du nombre d’enfants à intégrer l’enseigment primaire.

C’est également le ministère du Travail et des Affaires sociales qui veut accueillir de nouveaux employés. Concrètement, le projet du budget table sur la création de 350 postes d’inspecteurs sociaux. 150 personnes seraient nouvellement employées par le ministre de la Justice, Robert Pelikán, qui souhaite augmenter le nombre de surveillants de prison. Enfin, l’Etat entend recruter également plusieurs centaines de policiers et de soldats.

Si la proposition est adoptée, 445 000 personnes pourraient travailler pour l’Etat à compter de l’année prochaine, soit de 20 000 fonctionnaires de plus par rapport à 2014. Cette augmentation du nombre de salariés de la fonction publique déplaît toutefois aux partis de l’opposition de droite, mais aussi au ministre des Finances, Ivan Pilný du mouvement ANO, qui se réfèrent à l’existence de postes vacantes dans tous les secteurs concernés.