L'intérêt pour le français augmente en République tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

Il n'y a pas que la crise politique qui a marqué le mois de mars, en République tchèque. Pays observateur de la Francophonie, elle a mis à l'honneur, dans le cadre des Journées de la Francophonie, la langue française, à travers toutes sortes de manifestations culturelles notamment. Celles-ci se sont déroulées à Prague, ainsi que dans d'autres villes, dont Brno, Hradec Kralove ou Kladno. Une occasion de s'interroger sur la valorisation et le développement du français dans le pays. Selon M. Jean-Luc Goester, conseiller culturel de l'Ambassade de France en République tchèque, il y a effectivement lieu de parler d'un important développement dans ce domaine.

« C'est un développement significatif, dont nous nous réjouissons. Il est très visible au sein des institutions scolaires tchèques, dans les écoles secondaires notamment. A présent, nous sommes à près de 46 000 élèves, alors que nous étions, il y a dix ans, à environ 36 000 élèves... Nous avons en République tchèque un dispositif d'enseignement du français mis à rude épreuve, car la demande est très forte : on notera en premier lieu l'Institut français de Prague, ainsi que le Lycée français de Prague qui a aussi beaucoup d'élèves. Dans les régions, nous avons un réseau de six Alliances françaises. La demande de français se fait sentir de plus en plus fortement. Pour les Tchèques, avec l'entrée du pays dans l'Union européenne, le français n'est plus seulement la langue de bien-être et de bien vivre, c'est aussi un choix pragmatique ».

Renata Listikova, chef de la chaire de langue française, à la Faculté pédagogique de Prague, confirme que l'intérêt des jeunes Tchèques pour le français a tendance à augmenter. Elle en explique les raisons.

« L'intérêt est double sinon triple. Le français est la langue de culture et de diplomatie, le français est aussi étroitement lié avec l'Union européenne. Les jeunes Tchèques qui veulent réussir se rendent compte que l'anglais est absolument obligatoire et que s'ils veulent se distinguer par quelque chose c'est le français justement. La demande a toujours tendance à augmenter... Nos anciens élèves se placent très bien dans toutes sortes d'activités ».