L’ossuaire et la cathédrale de Kutná Hora, des monuments chargés d’histoire

L’ossuaire de Kutná Hora

Célèbre pour ses mines d’argents qui permettaient de frapper la monnaie, Kutná Hora est aujourd’hui inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Néanmoins, son histoire commence en réalité à Sedlec, un quartier se trouvant trois kilomètres plus au nord et qui possède lui aussi des édifices incontournables.

L’ossuaire de Kutná Hora | Photo: ČT

La cathédrale de l’Assomption et de Saint-Jean-Baptiste et l’ossuaire de Sedlec, un quartier de la ville de Kutna Hora, font partie des monuments les plus visités de Tchéquie, avec un demi-million de touristes en 2019. Radka Krejčí, la responsable de ces deux monuments nous les présente :

« Je vais commencer par la cathédrale de l’Assomption qui est inscrite à l’Unesco. Elle se trouve à Sedlec, qui est dans la banlieue de Kutná Hora. C’est la plus vieille cathédrale de toute la République tchèque et selon moi la plus belle du monde. Elle a fait son entrée sur la liste du patrimoine mondial en 1995 et c’est véritablement un monument à voir. Je suis également responsable de l’ossuaire de Sedlec, qui est un des monuments les plus visités de Tchéquie avant et après le Covid. C’est un lieu unique et sacré à voir avant de mourir. »

Kutná Hora | Photo: 696188,  Pixabay,  Pixabay License

A l’origine, la ville principale était celle de Sedlec, mais après la découverte de mines d’argent sur le territoire de Kutná Hora, le centre-ville s’est déplacé en même temps que l’activité économique. Cet argent a été extrêmement bénéfique au développement de Sedlec, qui a pu construire ses monuments grâce à ces fonds, comme l’explique Radka Krejčí :

Radka Krejčí | Photo: ČT

« L’histoire de Sedlec est très ancienne et remonte à 1142 lorsqu’un couvent de religieuses, le plus vieux du pays, y a été créé. Les sœurs sont arrivées vers 1143 et ont commencé à ériger très doucement un couvent. Au XIIIème siècle, une nonne a découvert de l’argent à proximité et la cathédrale a pu être construite en seulement treize ans, ce qui est un exploit au vu de la taille du bâtiment. »

La cathédrale de Sedlec, en plus d’être la plus ancienne du pays, est particulière pour son style. Son architecture combine le style gothique et baroque, en raison de restaurations postérieures, donnant un air très épuré et lumineux au bâtiment. S’y trouvent également de nombreux tableaux, comme ceux de Petr Brandl, dont les deux dernières œuvres sont visibles. Parmi elles se trouve La Vision de Saint Lutgard, qui a inspiré traits pour trait Matyáš Braun, sculpteur de la statue se trouvant sur le treizième pilier du pont Charles de Prague. Mais ce n’est pas tout, la cathédrale possède aussi un petit bijou d’ingénierie : l’escalier en colimaçon autosupporté, œuvre de l’architecte Santini. Au contraire de la cathédrale qui a été construite par dévotion, l’ossuaire lui était une nécessité pour donner un lieu de repos à plus de 40 000 dépouilles, comme le dit Radka Krejčí :

L’ossuaire de Kutná Hora | Photo: ČT

« L’ossuaire a été construit un peu après, dans la première moitié du XIVème siècle dans le but de stocker les ossements. A cause de la famine et des épidémies de peste, il était nécessaire de trouver une solution pour donner un lieu de repos aux personnes décédées. Les os viennent donc du cimetière de Sedlec, qui faisait cinq hectares au XIVème siècle. Il y a avait donc un véritable besoin de le désengorger et de déplacer les ossements. Bien sûr, au Moyen Âge, la population était très pieuse donc il y avait en plus la contrainte que les os soient placés sous le niveau du sol. L’église de Tous-les-Saints a donc été bâtie sur deux niveaux, le premier étage, l’ossuaire, se trouve sous terre et au-dessus se trouve l’église. Tous les ossements sont ceux de personnes qui ont vécu et sont décédés à Kutná Hora entre le XIIIème et le XVème siècle mais leur identité est complètement anonyme, ce qui est un message fort pour les visiteurs : dans la mort, nous sommes tous égaux, nous pouvons vivre des vies très différentes mais nous mourrons tous un jour. »

L’ossuaire de Kutná Hora | Photo: ČT

Cet ossuaire est le seul au monde qui n'entrepose pas seulement des ossements mais qui les utilise en décorations multiples, toutes évocatrices de la mort. Par exemple, nous pouvons retrouver des anges, gardien du paradis ou encore des collines dont la forme rappelle le Purgatoire de Dante. Malheureusement, celui-ci n’était plus en très bon état.

En conséquence, des travaux de rénovation ont été lancés en 2014 et actuellement, une des pyramides d’os est en train d’être restaurée. Avec l’humidité et le temps, les ossements se sont affaissés et la structure avait perdu plusieurs de ses fondations. La rénovation prend énormément de temps, les travaux sont prévus jusqu’à 2030 et génère d’importantes dépenses, d’autant plus que l’ossuaire, au contraire de la cathédrale, ne fait pas partie de la liste de l’Unesco. Les travaux sont financés par le bénéfice de la vente de tickets d’entrée. Plus il y a de visiteurs, plus il y a d’argent pour la rénovation mais plus il y a de problèmes également.

L’ossuaire de Kutná Hora | Photo: Michal Trnka,  ČRo

En effet, le site a dû faire face à l’irrespect de certains touristes, ignorants du caractère sacré de l’endroit, touchant, déplaçant, volant et même parfois léchant les ossements pour obtenir la photo Instagram parfaite. Depuis 2018, les photos sont interdites dans l’édifice mais les comportements déplacés subsistent encore. Enfin, juste au-dessus de l’ossuaire se trouve l’église de Tous-les-Saints, dont l’architecture peut parler aux Français, comme l’explique Radka Krejčí :

« Nous ne savons pas si c’est une vraie inspiration, mais il existe de grandes similarités entre l’église de Tous-les-Saints de Sedlec et la Sainte-Chapelle à Paris. L’église est comme la chapelle, pleine de lumière avec des fenêtres comportant des vitraux. Toutes les deux sont de petits bâtiments lumineux, simples et de style gothique. »

Ces deux édifices possèdent donc un caractère unique ancré dans l’histoire tchèque. Pour Radka Krejčí, Sedlec et ses monuments sont donc incontournables et à voir au moins une fois mais pour cela, il faut comprendre le message sous-jacent de ces bâtiments:

L'ossuaire de Sedlec | Photo: Archives de Radio Prague Int.

« La meilleure façon de visiter les monuments est de simplement commencer par Sedlec car c’est ici que l’histoire de Kutná Hora débute. Ensuite, il faut simplement entrer dans la cathédrale et profiter de l’immensité, ce qui est à la fois rare et spécial, dans un style très simple, lumineux, agréable, chaleureux et accueillant. Après avoir visité le cœur de l’ancien couvent, donc la cathédrale, il faut aller à l’ossuaire pour en comprendre pleinement la signification. Ce message est très simple : il faut se souvenir de la mort et essayer de vivre la vie la plus pure possible. Cela ne veut pas dire qu’il faut s’acheter plein de voitures, de maisons ou de vêtements mais qu’il faut être humble et bon envers autrui. Il faut donc avoir une bonne vie car nous ne savons pas quand la mort viendra. »

Avertissement toutefois aux visiteurs, l’ossuaire demeure un endroit particulier qui peut être considéré comme perturbant et morbide avec ses guirlandes et chandeliers en ossements. Toutefois, l’ossuaire reste un témoignage prenant de l’évolution de la vision de la mort. Contrairement à notre époque contemporaine, les gens d’alors entretenaient un rapport de plus grande proximité avec la mort à laquelle ils étaient confrontés régulièrement. Le rapport à la mort était complétement différent, créer des memento mori jusqu’à la période romantique était banal alors que de nos jours, nous tenons la mort bien plus à distance. Visiteurs sensibles s’abstenir, et pour ceux qui visitent les lieux, le respect du caractère sacré de l’ossuaire est de mise.

8
49.944919896
15.2636975059
default
49.944919896
15.2636975059