Kutná Hora « la petite Prague »

Kutná Hora
0:00
/
0:00

Située à une soixante de kilomètres à l'est de Prague, la petite ville de Kutná Hora, inscrite au patrimoine culturel de l'UNESCO, mérite le détour. Une petite escapade au cœur de la région historique de la Bohême, dans cette chaleureuse cité historique de plus de 20 000 habitants, permet de découvrir la République tchèque, sans se cantonner uniquement à la capitale et d'échapper, le temps d'une journée, aux foules de touristes qui arpentent ses rues et ses places.

Kutná Hora
Pour se rendre à Kutná Hora, le voyageur a le choix entre la voiture (environ 1h de trajet) ou le train (1h30, avec de nombreux départs chaque jour). Quel que soit le moyen de transport choisi, il faut surtout, admirer le paysage ; le voyageur longe des petites rivières et cours d'eau, sillonne de vastes campagnes inhabitées, traverse des forêts et, si le temps est dégagé, peut même parfois apercevoir les sommets enneigés des montagnes environnantes...

Le gros de Prague
Le surnom de « petite Prague » vient de l’histoire ancienne et prestigieuse de cette ville minière. On estime que l'activité minière de Kutná Hora date au moins du XIème siècle. Ce n'est, toutefois, qu'à partir du début du XIVème siècle que la « fièvre de l'argent » transforme cette petite cité minière en véritable centre économique du royaume de Bohême. Sous le règne de Venceslas II (1285-1305), Kutná Hora obtient le droit de frappe de la nouvelle monnaie, le « gros » de Prague, ce qui permet de mettre fin à la circulation multiple de deniers frappés par les ducs et les villes. Elle acquiert dans le même temps le statut de ville royale.

Kutná Hora
Les XIVème et XVème siècles représentent l'âge d'or de Kutná Hora. Elle devient le centre culturel, politique et économique de la Bohême, rivalisant en importance avec la capitale, et rayonne dans toute l'Europe. La ville se transforme : une résidence royale s'établit dans la Cour des Italiens, les petites maisons en bois des mineurs sont remplacées par de riches et grandes maisons de pierre de la bourgeoisie et de la noblesse, de nombreuses églises sont construites et la ville s'entoure de remparts pour se protéger. Cette expansion se ralentit à la fin du XVIème siècle avec le tarissement des mines et s'arrête avec la guerre de Trente Ans (1618-1648). Pendant les siècles suivants, Kutná Hora perd de son rayonnement et ce n'est qu'à la fin du XXème siècle qu'elle s'intéresse à la valorisation de son patrimoine architectural. En 1995, elle est inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Outre une longue balade dans les petites ruelles tortueuses de la ville, pour se replonger dans l'atmosphère historique de l’ancienne cité minière, deux visites sont incontournables : la majestueuse église Sainte-Barbe et l'étrange ossuaire de Sedlec, près de Kutná Hora.

L'église Sainte-Barbe
La construction de l'église Sainte-Barbe, de style gothique a commencé en 1380, avec l'architecte Petr Parléř. Sainte Barbe, patronne des miniers, était particulièrement honorée à Kutná Hora. Les hautes voûtes de l'église sont décorées de fresques médiévales représentant la vie séculière de la ville à l'époque médiévale. En 1558, l'église est terminée par Benedikt Rejt, qui la recouvre de trois toits en forme de pyramide allongée, lui conférant un aspect encore plus majestueux et prestigieux.

L'ossuaire de Sedlec
En sortant un peu de la ville, il faut aller admirer le surprenant ossuaire de Sedlec. Dans cette chapelle construite à côté de l'église cistercienne du village de Sedlec, des os ont été entreposés au XVe siècle, faute de place dans le cimetière. En 1870, le sculpteur František Rint a reçu une étrange commande princière : restaurer la décoration en os humains de la chapelle. Le détour vaut donc le coup, ne serait-ce que pour jeter un coup d'œil sur ces lustres, ces blasons et ces autels en os.

Justine Martin est une jeune Française qui a récemment visité Kutná Hora avec ses parents :

L'église Sainte-Barbe
« J’avais déjà lu des articles sur Kutná Hora sur le Guide Vert et mes amis Erasmus m’en avaient parlé. Nous avons donc visité l’église Sainte-Barbe. Je me souviens d’une allée qui mène à l’église, avec plein de belles statues. Elle donne une vue sur la vallée. La ville, nous l’avons trouvé un peu vide, très calme et paisible. Ce qui est sans doute le plus étonnant, c’est l’église, à l’architecture très belle et originale pour une ville aussi petite. Lorsque l’on connait son histoire, on comprend mieux. Nous avons également visité l’ossuaire, décoré de façon étrange mais assez intéressante tout de même. »

GASK
Kutná Hora satisfera sans doute tous les amateurs de l’art. Dans le collège jésuite local siège la deuxième plus importantes galerie tchèque, connue sous l’abréviation de GASK – Galerie Středočeského kraje (La galerie d’art de Bohême centrale), consacrée à l’art du XXe siècle et à la création contemporaine. A savoir aussi qu’au mois de juin se tiennent à Kutná Hora les fêtes historiques qui replongent la ville dans sa période de « fièvre de l’argent ». Cette année, ces festivités connues sous le nom de « Stříbření » auront leur les 23 et 24 juin. Enfin, du 5 au 9 juin prochains se déroulera, à l’église Sainte-Barbe ainsi que dans d’autres monuments historiques de Kutná Hora, la 5e édition du Festival international de musique, organisé par le violoncelliste Jiří Bárta.

10
49.948254000000
15.267967700000
default
49.948254000000
15.267967700000
49.965024640000
15.292754160000