Mariska Dubina - une partie de l'histoire des relations franco-tchèques disparait avec elle

Marie Dubinova et Vaclav Havel, photo: CTK

Marie Dubinova. C'est plutôt sous le nom de Mariska Dubina que la communauté tchèque a connu cette Tchèque pas comme les autres, récemment décédée. Jiri Slavicek qui a assisté à ses obsèques, nous a téléphoné de Paris.

Marie Dubinova et Vaclav Havel, photo: CTK
« On est à la peine pour trouver les mots justes et, pourtant, il le faut. Rien que pour affirmer que pour tous ceux qui l'ont connue ou seulement croisée, Paris ne peut pas rester la même qu'avant. Beaucoup de Tchèques et Slovaques en France se sentent orphelins. Mariska. Une femme de caractère nous a quittés paisiblement en Corrèze, après plus de 90 années d'une vie bien remplie, surtout en aidant les autres. Madame Marie Dubina, veuve d'Oldrich Dubina, avocat et résistant anti-totalitaire, cousine de Pavel Tigrid, un autre Tchèque célèbre de Paris, n'était pas seulement une partie vivante de l'histoire des relations franco-tchèques. Chez elle c'était pendant des décennies un endroit à Paris avec table ouverte et de bons conseils pour les générations des Tchèques et Slovaques exilés en France. De son vivant, Mme Dubina, qui n'a pas oublié d'aller voter aux élections à l'ambassade tchèque à Paris, a été la doyenne du corps électoral. Elle a toujours interdit même à ses proches d'évoquer en public les faits de résistance du couple Dubina, aussi bien dans la résistance anti-nazie qui les a menés dans des camps de concentration, que quand il s'agissait de compatriotes réfugiés du totalitarisme communiste après les années 1948 et 1968. Pour Mme Dubina, aider son prochain sans attendre les remerciements, c'était un mode de vie. Et c'est finalement Pavel Fischer, ambassadeur de la RT en France qui a trouvé les mots justes en disant qu'on allait organiser sous peu une veillée parisienne à sa mémoire pour tous ceux qui n'ont pas pu venir aux obsèques de Mariska en Corrèze ».