Martinu, compositeur qui inspire les peintres

r_2100x1400_radio_praha.png

Une exposition du peintre Danielle Doucet a été inaugurée, le 30 avril, au centre tchèque de Bruxelles. L'exposition réunit des tableaux inspirés par la musique de Bohuslav Martinu. Une information sur ce compositeur et sur l'exposition qu'il a inspirée par Vaclav Richter.

Il y a des artistes qui sont comme des ponts vivants entre les cultures tchèque et française. Le compositeur Bohuslav Martinu était de ceux-là. Ce Tchèque, né en 1890 à Policka, petite ville située dans la région limitrophe entre Bohême et Moravie, a bu la musique de son pays avec le lait maternel. Ce disciple d'Albert Roussel a passé 17 ans en France, sa seconde patrie, qui lui a donné non seulement beaucoup d'inspiration, mais aussi sa femme, Charlotte. Ce n'était que l'occupation allemande qui a mis fin, en 1941, à son séjour français. Exilé aux Etats-Unis, condamné à une existence cosmopolite, il s'ouvrait à de nombreuses cultures et de nombreuses influences et, pourtant, il restait toujours original et inimitable. Il n'est jamais revenu en Bohême, pays qui souffrait d'abord sous la botte nazie pour sombrer, trois ans après la libération, dans le régime communiste. Il considérait comme principales sources de sa création la musique populaire de Bohême et de Moravie, le madrigal anglais de la Renaissance et Debussy. Auteur prolifique il a laissé 387 ouvrages qui ne cessent de surprendre par leur richesse et leur originalité. Auteur moderne, il n'a jamais écrit des compositions dont la modernité blesse l'oreille, mais toujours une musique qui chante et réconforte. "Martinu fut avant tout un chantre de la joie en un siècle qui en est si cruellement dépourvu, écrira de lui Harry Halbreich, auteur du catalogue de ses oeuvres. Même ses oeuvres les plus dramatiquement tendues se terminent sur des accents d'espoir, de consolation, et même sa nostalgie vers la patrie lointaine et inaccessible, surtout intense dans les oeuvres de la fin de sa vie, est virile, jamais déprimée."

43 ans après la mort de Bohuslav Martinu, le peintre Danielle Doucet présente, au Centre tchèque de Bruxelles, une exposition inspirée par sa musique. J'ai posé quelques questions à Gauthier Coussement, lauréat du prix Jan Masaryk et un des organisateurs de cette exposition.

Resumé de l'entretien: Gauthier Coussement présente l'exposition de Danielle Doucet qui vient d'être inaugurée au centre tchèque de Bruxelles. Il évoque la force de la musique de Martinu qui, elle-même inspirée par la peinture (le poème symphonique Les Fresques de Pierro della Francesca), continue à inspirer des peintres et d'autres artistes.