Moto : à Brno, un Grand Prix spectaculaire et historique

Foto: Jiří Rotrekl, Pixabay / CC0

Le Grand Prix de République tchèque comptant pour le championnat du monde de vitesse moto a soufflé ses 51 bougies ce week-end. Bien que disputée sans spectateurs, la course a tout de même réservé son lot de surprises et de suspense.

Circuit Masaryk, photo : Petr Tichý, ČRo

Cette édition 2020 du Grand Prix de République tchèque restera dans les annales. D’abord bien entendu parce que dans un contexte particulier lié à la crise sanitaire, l’épreuve s’est tenue sans public. Le bruit des 240 000 spectateurs de l’an dernier a manqué. Mais l’histoire retiendra aussi les événements qui ont eu lieu sur la piste du circuit Masaryk ce dimanche 9 août.

Dans la catégorie reine, la surprise est venue de Brad Binder. Au terme d’une course où il a été, et de loin, le plus rapide, le pilote de l’équipe KTM, qui fêtera ses 25 ans ce mardi, est devenu le premier Sud-Africain à remporter un Grand Prix de l’histoire de la Moto GP. Et ce pour sa troisième course seulement au sein de l’élite. Le dernier débutant à avoir accompli tel exploit se nomme Marc Marquez. Grand absent à Brno pour blessure, l’Espagnol a été sacré six fois champion du monde depuis.

Johann Zarco, photo : daly3d abd, Flickr, CC BY 2.0

Le Français Johann Zarco, parti en pole position, a d’abord perdu cinq places en deux tours suite à un mauvais démarrage. Au guidon de sa modeste Ducati-Avintia, il s’est ensuite bien repris en restant dans le sillage de Pol Espargaro. Ce dernier, après un virage trop large, a touché le pneu de Zarco alors que le Français tentait de le doubler par l’intérieur. Tandis que l’Espagnol a été contraint d’abandonner, le Français, lui, s’est retrouvé avec un pneu abimé et une pénalité qui ne l’a cependant pas empêché de terminer à une jolie troisième place. Son premier podium depuis deux ans, le premier pour son équipe. On écoute l’analyse d’après-course de Johann Zarco :

« Je me sentais bien dans les virages, j’étais prêt à lutter. Plusieurs pilotes m’ont doublé au début, j’ai essayé de les reprendre. Quand j’ai vu Franco Morbidelli partir, j’avais enfin le rythme pour le suivre, mais il y a eu un écart avec Pol Espargaro. J’ai fait des erreurs, notamment dans le premier virage. Il avait élargi sa trajectoire, je me suis immiscé à l’intérieur et on s’est touchés. J’ai dû faire un tour de pénalité. J’étais surpris car je pensais qu’en faisant ce tour, trois pilotes m’auraient doublé mais personne ne l’a fait. Je me suis dit que c’était l’occasion de viser plus haut, mais c’était trop tard et je n’avais plus de grip dans les trois derniers tours. J’entendais la moto d’Alex Rins derrière moi, je me suis occupé de fermer la porte pour assurer ma troisième place. Je suis très heureux de remonter sur le podium. Merci à toute l’équipe et maintenant on verra ce qu’on peut faire a Spielberg, en Autriche. »

Photo : Petr Tichý, ČRo

Les vingt-et-un tours de la course ont été haletants. Les pneus ont été mis à rude épreuve sur l’asphalte d’un circuit Masaryk qui n’a plus été refait depuis douze ans et qui laisse place à de nombreuses bosses sur la piste. Certains pilotes en ont souffert, parmi lesquels Fabio Quartararo. Comme l’an dernier, le jeune prodige français a dû se contenter d’une septième place à Brno, assez loin donc des espoirs nourris avant le départ par ses victoires lors des deux premiers Grands Prix de la saison.

En difficulté pratiquement tout le week-end, le Niçois s’est rapidement fait doubler par Franco Morbidelli avant que la fusée Brad Binder ne le dépose. Longtemps à la lutte pour le podium, Quartararo n’a finalement pas fait le poids sur la fin de course. Souvent visée pour son manque de vitesse de pointe, sa Yamaha ne lui a pas permis de résister aux assauts successifs de ses poursuivants. Décidément pas à l’aise sur cette piste, le pilote français s’est plaint tout au long du week-end du manque d’adhérence de sa machine. Seule consolation : Quartararo a limité la casse. Sa septième place lui permet même d’accroître son avance en tête du classement général du championnat du monde puisque ses deux premiers poursuivants, l’Espagnol Maverick Vinales et l’Italien Andrea Dovizioso, ont fini plus loin encore du podium, respectivement aux 14e et 11e places.

Photo : ČTK / Václav Šálek

Ce Grand Prix de Brno a également été marqué par le premier cas positif de Covid-19 au sein du paddock depuis la reprise de la saison. Il s’agit d’un membre du personnel de Dorna Sports, promoteur de la Moto GP. Il est asymptomatique et ses contacts sur le circuit ont été placés à l’isolement dès samedi soir. Tous les autres tests effectués se sont avérés négatifs. La situation sera à surveiller de près avant les prochaines étapes du circuit, dès le week-end prochain en Autriche.

Une saison qui se poursuivra toujours avec le seul Filip Salač pour représenter la République tchèque sur le circuit avec sa Honda. Le jeune pilote de 18 ans, originaire de Mladá Boleslav, a fini 25e à Brno, dans la catégorie Moto 3.