« To neřeš! » - « Ne le résous pas ! »

Knoflíkáři

Salut à tous, les tchécophiles de Radio Prague - Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Pour cette fois, nous allons nous intéresser à une réplique de film entrée en peu de temps dans le langage quotidien – peut-être parce qu´elle correspondait bien à ce que les Tchèques veulent exprimer si souvent... « To neřeš ! », traduit mot-à-mot par « ne le résous pas ! »

Knoflíkáři
« Non mais ne le résous pas ! », me disait toujours mon amie tchèque Mirka quand nous nous sommes connues en France. Surprise par cette expression, j’ai mis du temps à comprendre qu’elle traduisait en réalité une expression tchèque très courante – « to neřeš ! » - « Ne le résous pas » ! L’expression a plusieurs utilités – dans le cas où l´interlocuteur de l´utilisateur de l´expression a un problème, nous pouvons traduire ladite expression par « laisse tomber, ne te prends pas la tête, pense à autre chose »... L’expression désigne alors l’insignifiance du problème ou propose à l’interlocuteur de s´intéresser à autre chose, d’éviter de perdre son temps et son énergie à résoudre un problème, qui est considéré ici soit comme une bagatelle, soit comme insolvable, auquel cas il serait triste et vain de s’y arrêter.

En spéculant un peu, on peut se demander si le fait que l’expression ait eu autant de succès en République tchèque ne traduit pas un trait national, à savoir une volonté de vivre tranquillement sans « se prendre la tête », de ne pas chercher toujours la perfection. Une certaine sagesse, en somme. « To neřeš ! » - « Ne le résous pas ! » peut aussi exclure l´interlocuteur d´un sujet donné – dans ce cas, l´expression peut se traduire également par « laisse tomber ! » mais exprime plutôt : « je n´ai pas envie de m´épancher là-dessus avec toi »...

Ce que de nombreux utilisateurs de cette expression magnifique ignorent, c´est qu´elle est née il y a à peine dix ans, dans le film « Knoflíkáři » - « Les boutonniers ». Ce film à succès réalisé par Petr Zelenka en 1997 est à l’origine d’un grand moment de cinéma, à savoir la création d’une réplique entendue encore, dix ans après, à tous les coins de rue, à tel point que la plupart des gens qui l´utilisent ne connaissent pas son origine. Le film « Knoflíkáři », deuxième long-métrage de Petr Zelenka, est composé d´une succession de six petites scènes teintées d´ironie voire d´humour noir, présentant des situations cocasses ou des personnages inattendus. L´une des scènes – « Pitomci »– « Les idiots » présente deux personnages, interprétés par les célèbres comédiens Eva Holubová et Rudolf Hrušínský. Ils vivent dans une caravane près d’une voie ferrée, lui ne travaille pas, il ne la nourrit pas, il est un incapable et elle le lui rappelle en permanence, ponctuant ses propos de « to neřeš » - « ne le résous pas ! ». Ici utilisé comme « laisse tomber, tu es trop bête, ne t´occupe pas de mes affaires » !

Dix ans après, Petr Zelenka revient sur cette fameuse réplique dans une interview donnée au quotidien Mladá Fronta en juillet 2007 – à la question posée par le journaliste « Comment se fait-il que certaines répliques entrent dans le langage courant ? », Petr Zelenka répond : « C’est le pur hasard. Finalement la blague de cette scène ne tient pas au fait que Eva Holubová dise « to neřeš ! » - « ne le résous pas ! », mais que monsieur Hrušínský lui réponde « to budu řešit ! » - « je vais le résoudre ! ». Et c’est le très courant et moins drôle « neřeš » - « ne le résous pas », qui est entré dans le langage courant. ». D´autres répliques plus incongrues de cette même scène sont encore parfois utilisées mais sont clairement identifiées, comme le peuvent être « Je ne vous jette pas la pierre, Pierre » du Père Noël est une ordure, « Patience, petit scarabée », de Kung-fu, ou encore « Quand on mettra les cons sur orbite, t´auras pas fini de tourner », prononcée par Jean Gabin dans Le Pacha. Quand son mari zappe à la télévision, le personnage d´Eva Hobubová le rappelle à l´ordre : « Neživíš, tak nepřepínej !», mot-à-mot « tu ne nourris pas, donc ne zappe pas ! ». Et le personnage d´Eva Holubová de conclure par : « Neřeš, nepřepínej, a hlavně po ničem nepátrej », « ne résouds pas, ne zappe pas et surtout ne cherche rien », excluant ainsi totalement son mari de ses propres affaires. Pour terminer, je vous propose d´écouter, en version originale, le court extrait de la scène « Pitomci », du film « Knoflíkáři », durant lequel Eva Holubová prononce les répliques cultes... http://meteleskublesku.cz/?movie=17x

C’est ainsi que se referme ce « Tchèque du bout de la langue » consacré à une réplique qui, de par sa popularisation si rapide, peut en dire long sur la manière des Tchèques d´aborder des situations problématiques. Dans une prochaine émission, nous nous intéresserons à des mots ou expressions tchèques intraduisibles en français. En attendant, la semaine prochaine, nous reviendrons à notre petite série consacrée à l’étymologie des montagnes tchèques. D’ici-là, portez-vous du mieux possible – mějte se co nejlíp!, portez le soleil en vous – slunce v duši, salut et à bientôt – zatím ahoj!