Patinage de vitesse: Martina Sablikova double championne du monde

Martina Sablikova, photo: CTK
0:00
/
0:00

L'actualité sportive a été très riche en République tchèque le week-end dernier. En patinage de vitesse, tout d'abord, Martina Sablikova a confirmé tous les espoirs placés en elle en devenant double championne du monde sur 3000 et 5000 mètres, avec en outre un nouveau record du monde à la clé ! Une performance qui clôt en beauté la saison de rêve qu'ont connue les sports d'hiver tchèques.

Martina Sablikova, photo: CTK
Bien que la légendaire fondeuse Katerina Neumannova, championne olympique et double championne du monde en titre, ait annoncé vouloir mettre un terme à sa carrière à l'issue de cette saison, la République tchèque possède d'ores et déjà un nouveau leader pour les sports d'hiver. Et quel leader ! A 19 ans, Martina Sablikova a en effet été sacrée double championne du monde de patinage de vitesse, ce week-end, à Salt Lake City. Favorite avant le début de la compétition, la Tchèque s'est imposée sur 3000 et 5000 mètres, les deux distances dont elle avait déjà remporté le classement général de la Coupe du monde la semaine dernière au Canada. Dimanche, Sablikova a couronné le tout en battant d'une seconde et trois dixièmes le record du monde du 5000 m. En 6'45''61, elle a devancé de plus de cinq secondes l'Allemande Claudia Pechstein, celle-là même qui avait établi le record précédent sur la même piste lors des Jeux olympiques de 2002.
Martina Sablikova et son entraîneur Petr Novak, photo: CTK
La Canadienne Kristina Grobes a complété le podium, avec treize secondes de retard sur Sablikova. Epuisée à l'issue de la course, incapable même de lever les bras pour manifester sa joie, la Tchèque, qui s'entraînait encore il y a peu sur les étangs enneigés de sa région natale de Moravie du Sud faute de piste dans le pays, est revenue sur ce qui constitue assurément la performance la plus marquante de sa jeune carrière :

« C'est devenu particulièrement difficile notamment dans les trois derniers tours, mais j'ai serré les dents jusqu'à l'arrivée. Finalement, j'ai réalisé un record du monde et je ne peux donc pas faire la fine bouche, même si la glace n'était pas d'excellente qualité. Avant la course, nous avions convenu avec mon entraîneur de tenter le record. Mais à trois tours de la fin, j'avais vraiment mal aux jambes et je me suis alors demandée si j'avais suffisamment de forces pour aller jusqu'au bout. Je n'ai vraiment cri à ce record que lorsque, à l'entame du dernier tour, mon entraîneur m'a crié que j'étais dans les temps et que le record allait tomber. »

Vendredi déjà, Martina Sablikova s'était imposée sur 3000 m, avec respectivement 32 et 41 centièmes d'avance sur les Néerlandaises Renate Groenewold et Ireen Wüst.