Pékin - capitale olympique 2008 - réactions tchèques

r_2100x1400_radio_praha.png

Pour certains, le choix de la capitale chinoise, Pékin, pour l'organisation des Jeux olympiques de 2008, a été une surprise. Pour la grande majorité des sportifs tchèques non. Alain Slivinsky.

Pour les sportifs tchèques, la capitale du pays le plus peuplé du monde n'est pas une inconnue, et leurs expériences sont, en général, positives. Les grands du football tchèque actuel ne seront pas à Pékin, car le tournoi olympique ne concerne que les joueurs de moins de 23 ans. Pourtant, Libor Sionko, de Sparta Prague, se souvient du tournoi de Shanghai, il y a deux ans, avec satisfaction : une bonne organisation, un stade moderne, de bonnes conditions d'hébergement. En football toujours, l'ancien capitaine de l'équipe nationale, Vaclav Nemecek, qui a joué deux ans en Chine, est persuadé que les Jeux olympiques de Pékin seront grandioses : « Les Chinois savent organiser de telles manifestations d'une manière somptueuse. Les spectateurs sont formidables, même si, souvent, ils ne savent pas de quoi il s'agit sur les terrains de sport ». Jiri Novak, joueur de tennis qui a participé, il y a quatre ans, à un tournoi de l'ATP, à Pékin, est persuadé que la capitale chinoise est un bon choix. En effet, il affirme que de toute manière, les Jeux olympiques sont une formidable affaire commerciale et un grand spectacle, le lieu de leur déroulement n'étant pas le plus important. Marek Svec, vice-champion du monde de lutte gréco-romaine, en 1998, qui a vécu les Jeux d'Atlanta et de Sydney, pense que le choix a été influencé, aussi, par des considérations politiques. Selon lui, l'organisation des Jeux olympiques à Pékin peut influencer la situation en Chine, dans la sphère des droits de l'homme, cela sera une sorte de test de la démocratie. Une sorte de réponse à ceux qui critiquent le choix de Pékin, justement, pour le mauvais état du respect des droits de l'homme, en Chine. Pour les joueurs de tennis de table tchèques, ce sera la grande fête. Comme le dit Josef Plachy, international tchèque, « les Chinois voudront remporter toutes les médailles ». Beaucoup d'autres sportifs auraient plutôt été satisfaits du choix de Paris ou de Toronto... Roman Sebrle, record du monde historique au décathlon, aurait été pour l'Europe, car plus de Tchèques auraient pu venir aux Jeux. En général, les sportifs tchèques pensent que les Jeux de Pékin entreront dans l'histoire, car la Chine, pays de possibilités illimitées, voudra certainement le démontrer au monde entier... Espérons que cette histoire ne sera pas celle des Jeux de Moscou, en 1980, quand une grande partie des nations démocratiques les avaient boycottés. Des voix, dans ce sens, se font entendre, critiquant sérieusement la condition des droits et libertés de l'homme dans le pays des mandarins.