Plusieurs initiatives pour soutenir le tourisme en Tchéquie

La place de la Vielle-Ville de Prague, photo: Štěpánka Budková

Alors qu’il y a quelques semaines encore, il était difficile de dire si des vacances à l’étranger seraient tout simplement possibles cette année, de nombreux Tchèques ont choisi de rester au pays pour des vacances d’été à l’heure du coronavirus. Avec un secteur touristique durement touché par la crise sanitaire, de nombreuses villes, régions ainsi que l’Institut national du patrimoine ont lancé des campagnes pour inciter les vacanciers à la (re)découverte de la République tchèque.

Prague, symbole du tourisme de masse, est évidemment la ville qui ressent le plus durement les conséquences de la fermeture des frontières et du récent confinement, ainsi que nous avons eu l’occasion d’en parler à plusieurs reprises sur RPI. Avec une enveloppe de 120 millions de couronnes, la mairie a donc lancé une campagne appelée « A Prague comme à la maison », où les touristes réservant une chambre d’hôtel ou un autre type d’hébergement dans la capitale tchèque reçoivent en échange des bons leur donnant la possibilité de visiter gratuitement un musée, une galerie, le zoo de la ville, ou bien de bénéficier d’une visite commentée d’une partie de la capitale.

La plupart des monuments du pays ont rouvert le 25 mai dernier, dans le cadre d’une des premières étapes du déconfinement en République tchèque. Mais ce n’est que depuis peu qu’elles sont réellement accessibles comme avant aux visiteurs, sans limitation du nombre de personnes et sans obligation du port du masque. Une exception notable étant toutefois les zones de foyers épidémiques actifs, comme le détaille la porte-parole de l’Institut national du patrimoine, Jana Hartmanová :

Source: Institut national du patrimoine

« A l’heure actuelle sont en vigueur les règles ordinaires de visites. Nous recommandons toutefois vivement aux visiteurs de respecter la distanciation sociale, de ne pas se rassembler en grand nombre et si possible, de payer leur entrée par carte. La situation étant ce qu’elle est dans la région de Moravie-Silésie, il est toujours obligatoire d’y porter un masque. »

L’Institut national du patrimoine, qui gère plus d’une centaine de monuments tels que des châteaux et bâtiments de l’histoire moderne, a également lancé une campagne pour motiver les gens à venir découvrir ou redécouvrir le patrimoine local :

« Nous voulons inciter les visiteurs à visiter tel ou tel monument, à se prendre en photo et à la partager sur les réseaux sociaux avec le hashtag #NaPamatku. Ainsi d’autres gens peuvent apprendre l’existence d’un monument dont ils n’avaient peut-être pas entendu parler auparavant. »

Et l’intérêt pour le patrimoine de République tchèque, couplé à la soif de pouvoir à nouveau sortir sans restriction, semble être bel et bien présent. D’après Jana Hartmanová , le nombre de visiteurs n’a cessé de grimper ces derniers temps :

« Ces dernières semaines, nous étions à environ la moitié du nombre habituel. Mais ça ne cesse de croître. Dans le scénario le plus optimiste, nous estimons que nous pourrions atteindre 90% des visites de l’an passé. Nous savons qu’en raison de la crise sanitaire, les gens privilégient encore les extérieurs, mais l’intérêt est croissant. Nous pensons qu’au cours des vacances scolaires nous atteindrons un taux de visite comparable à l’an dernier. »

Tous les monuments gérés par l’Institut national du patrimoine n’ont pas forcément rouvert leurs portes à plein temps comme auparavant, mais les châteaux de Lednice, Hluboká ou le très prisé Karlštejn sont, eux, désormais accessibles à tous sept jours sur sept.

Châteaux de Hluboká, photo: Barbora Němcová

Si le confinement est allé de pair avec d’importantes pertes financières, aucune hausse du prix d’entrée n’est envisagée selon Jana Hartmanová :

« Nous envisageons plusieurs solutions comme de prolonger la haute saison jusqu’à la fin du mois de septembre. La haute saison signifie que les monuments sont également ouverts le lundi, ce qui n’est pas le cas le reste de l’année. Nous pensons également à prolonger les horaires d’ouverture mais il faut que l’on étudie pour savoir dans quel monument cela fait sens. »

Photo: CzechTourism

Enfin à noter qu’un nouveau système de forfaits, par lesquels le gouvernement entend aider les villes thermales tchèques touchées par la crise, a été lancé récemment. Toutes les personnes âgées de plus de 18 ans et ayant une assurance santé peuvent désormais générer ces forfaits en ligne sur le site Kudyznudy.cz ou celui du ministère de la Santé, ces forfaits offrant des réductions allant jusqu’à 4 000 couronnes pour des séjours de plus de six jours comprenant au moins cinq procédures thermales. Le gouvernement tchèque a débloqué 1 milliard de couronnes de son budget pour ce programme qui doit durer jusqu’à la fin de l’année 2020 et qui est censé compenser la perte de la clientèle étrangère qui représentait 44% des visiteurs.