Pour la deuxième fois, cette année, la Tchéquie s'est ralliée à la Journée mondiale du rein

r_2100x1400_radio_praha.png
0:00
/
0:00

En 2005, la Fédération internationale des fondations pour les maladies du rein a proclamé le deuxième jeudi du mois de mars Journée mondiale du rein. Pour la Tchéquie, c'est une occasion de sensibiliser le grand public sur les maladies du rein et sur la nécessité de dépistage à un stade précoce pour éviter des complications.

10% de la population, en République tchèque, souffre des maladies rénales. Les chiffres concernant la prévalence sont tout particulièrement alarmants : Dans 33% des cas, les maladies du rein sont diagnostiquées trop tard. Chaque année, le traitement par dialyse commence pour 1/3 des patients en apparence en bonne santé qui souffrent, sans le savoir, de maladie rénale chronique. Effectivement, une grande partie de la population n'admet pas pouvoir être concernée par cette affection estimant qu'elle est plutôt rare, alors que le contraire est vrai, dit Vladimir Tesar, médecin chef de la clinique de néphrologie de l'Hôpital universitaire de Prague :

« Rares sont, heureusement, les stades terminaux, les stades précoces d'affection des reins et une dysfonction légère sont, par contre, très fréquents.

10% de la population souffre de maladies rénales - c'est un nombre plus élevé que celui des personnes atteintes du diabète et la moitié par rapport aux hypertonies. Ce qui est aussi très important, c'est de montrer que les stades précoces ne sont pas sans danger non plus, au contraire, ils sont liés au risque accru de maladies cardiovasculaires : ce risque est de 2 fois plus élevé que lorsque les reins fonctionnent normalement. Une légère dysfonction suffit pour que ce risque augmente. »

Nous rappellerons que la Journée mondiale du rein est aussi une occasion de se faire pratiquer des tests gratuits de dépistage des maladies rénales, et de sensibiliser l'opinion sur la problématique des transplantations rénales : à noter que la durée d'attente pour obtenir un organe convenable est de 2,5 ans, en moyenne, en République tchèque.