Prague cherche son nouvel ambassadeur auprès de l'UE

Jan Kohout

Un an et demi avant le début de la présidence tchèque de l'Union européenne, qui incombera donc au premier semestre 2009, le gouvernement a décidé de rappeler l'ambassadeur tchèque auprès de l'UE, Jan Kohout. La décision a troublé les eaux tranquilles de la scène politique nationale estivale.

Depuis mai 2004, Jan Kohout était ambassadeur de la République auprès de l'Union européenne. En 2005, il a fait parler de lui en refusant la proposition qui lui avait été faite de devenir Premier ministre après la chute du cabinet Stanislav Gross et en donnant la préférence à sa mission bruxelloise. Considéré comme un diplomate expérimenté et efficace, Jan Kohout devait voir s'achever son mandat au printemps prochain. Cependant, le cabinet de Mirek Topolanek a décidé de le remplacer par un nouvel « homme Europe » à Bruxelles, avant encore la fin de cette année pour que celui-ci ait le temps de « s'y adapter ». Les impératifs des préparatifs de la présidence tchèque et, surtout, le besoin d'une meilleure collaboration entre le ressort du vice-Premier ministre Alexander Vondra, chargé des affaires européennes, et la représentation tchèque à Bruxelles sont alors retenus comme les principaux motifs de cette décision. Pour le parti social-démocrate, le CSSD, dont Jan Kohout est membre, il s'agit en revanche d'une nouvelle preuve des « purges » politiques effectuées par le Parti civique démocrate, l'ODS, premier parti de la coalition gouvernementale. Le prochain ambassadeur tchèque à Bruxelles sera-t-il proche de ce dernier parti ? De l'avis général, c'est fort probable, compte tenu de l'importance que le cabinet attribue à ce poste en raison de la première présidence tchèque de l'Union européenne. Alexander Vondra, quant à lui, réfute pourtant la thèse selon laquelle il s'agirait d'une démarche politique.

 Alexander Vondra, photo: CTK
Pavel Telicka était le prédécesseur de Jan Kohout à Bruxelles. Ecoutons comment il définit les qualités que devrait posséder son successeur : «Ce doit être quelqu'un qui se présentera comment un excellent négociateur, doté de grandes qualités de communication. Une personne qui sera capable de trouver une plate-forme juste et qui sera prête à servir souvent de médiateur pour différentes solutions. »

C'est à la fin de l'été que Prague est censé choisir définitivement le nouvel ambassadeur tchèque à Bruxelles. Deux ou trois noms semblent d'ores et déjà se dégager.