Première publication de « L'insoutenable légèreté de l'être » en République tchèque

r_2100x1400_radio_praha.png

« L'insoutenable légèreté de l'être », le roman sans doute le plus connu de Milan Kundera, va bientôt être publié pour la première fois par un éditeur tchèque, Atlantis, petite maison d'édition de Brno.

On le sait, Milan Kundera entretient des relations compliquées avec le public tchèque, notamment parce qu'il freine la publication dans sa langue maternelle de ses derniers livres, tous écrits en français. Mais pourquoi a-t-il fallu attendre aussi longtemps pour que soit publié « L'insoutenable légèreté de l'être » dans son pays natal ? L'agent littéraire de Kundera à Prague, Jiri Srstka, tente une explication:

« La cause du retard dans la publication de 'L'insoutenable légèreté de l'être', si je me souviens bien de ce qu'il m'a dit, réside dans le fait qu'il a dû faire des recherches, le manuscrit original ayant été partiellement perdu, faire des comparaisons avec la traduction française parue en 1984 chez Gallimard et l'édition de 1985 chez Skvorecky au Canada (NdlR : les éditions « Sixty-eight Publishers » des époux Skvorecky à Toronto). Un travail difficile en plus de toutes ses responsabilités liées à son oeuvre, notamment les corrections et le contrôle des traductions dans chaque langue de ses livres, ce qui représente une énorme masse de travail. »

Cet été, la diffusion sur internet d'une traduction pirate en tchèque d'un roman de Kundera avait relancé la polémique. Cette nouvelle polémique a-t-elle contribué à faire accélérer la publication de ses oeuvres dans son pays natal ? Jiri Srstka répond par l'affirmative :

« Sûrement que cela a du avoir une influence. Dans le sens où la démarche consiste à améliorer des relations inutilement compliquées, à arrondir les angles. C'est aussi pour cela que Kundera a décidé de publier 'L'insoutenable légèreté de l'être' en tchèque. »

Rappelons que, depuis la chute du communisme, Milan Kundera, installé en France, n'est que rarement revenu dans son pays natal, et toujours incognito. Et selon son agent, il ne prévoit pas non plus de revenir à l'occasion de la première sortie de son oeuvre majeure dans son pays d'origine.