Prostitution : des photos pour faire fuir les clients ?

Tous ceux qui ont déjà traversé certaines villes proches des frontières allemande et autrichienne l’ont sûrement remarqué : la prostitution est un business qui représente la partie la plus visible de l’économie locale. Pour tenter d’enrayer ce phénomène, les maires de certaines communes cherchent des solutions. C’est le cas du maire de la ville de Chomutov, située à proximité de l’Allemagne, au nord-ouest du pays. Son idée : prendre des photos des voitures des clients et les envoyer à leur épouse.

En République tchèque, la législation sur la prostitution n’est pas très claire. L’offre de services sexuels n’est pas un délit – seul le proxénétysme est puni par la loi - mais ce n’est pas non plus un commerce reconnu en tant que tel. Conséquence : les municipalités peinent à lutter efficacement contre ce qu’elles considèrent être comme l’un des principaux fléaux actuels. A Chomutov, un arrêté municipal a bien tenté d’interdire aux pépirapéticiennes de faire le tapin dans la rue. Le résultat n’a été que très limité, les policiers ne pouvant qu’infliger une amende en cas d’infraction. Jan Řehák est l’ajoint au maire de Chomutov :

Jan Řehák
« Malheureusement, tous nos efforts pour limiter la prostitution dans la rue, auprès des filles comme auprès des proxénètes, n’ont pas porté leurs fruits. Les amendes ne servent à rien, les filles ne les paient pas, elles ne sont répertoriées par aucune institution. Donc la police n’a pas de solutions pour les faire quitter le trottoir. C’est le jeu du chat et des souris : les filles rentrent dans un bar dès que la police arrive et en ressortent juste après. On a donc cherché de nouvelles méthodes, orientées sur les clients, et basées sur le principe que s’il n’y a pas de demande, il n’y aura plus d’offre. »

Et une des méthodes proposées consiste à interpeller les clients. Jan Řehák :

« Si nous repérons une prostituée qui monte dans un véhicule, la police municipale contrôlera les papiers du chauffeur, prendra une photo de l’avant du véhicule avec sa plaque d’immatriculation. Et nous voulons envoyer ce cliché à l’adresse figurant sur les papiers du client en y ajoutant un texte expliquant que la photo a été prise à Chomutov, dans un quartier où sont régulièrement offerts des services sexuels et en précisant qu’une ou plusieurs femmes sont montées dans ce véhicule. »

Selon le ministère de l’Intérieur et l’Office de protection des données personnelles, ce genre de méthodes est difficilement compatible avec la législation du pays. C’est aussi l’avis des avocats consultés sur la question. L’année dernière, le maire de la ville voisine de Dubí avait lui aussi tenté de prendre les choses en main, et a voulu installer des webcaméras à l’entrée des bordels de sa ville. Une initiative qui s’était déjà heurtée à la législation en vigueur sur la protection des données personnelles.