Quoi de neuf dans l'affaire de Temelin ?

Temelin

La centrale nucléaire de Temelin, très controversée, reste au centre de l'attention des médias, aussi bien tchèques qu'étrangers. Des détails par Alain Slivinsky.

Temelin
Quoi de neuf dans l'affaire de Temelin ? On peut dire que trois faits nouveaux sont apparus, cette semaine : le rapport de la Commission européenne, la plainte autrichienne contre le propriétaire de la centrale, les travaux qui se terminent à Temelin, dans le but de mettre le premier réacteur en service. Le rapport de la Commission européenne sur la centrale nucléaire tchèque a donc été remis au Chancelier autrichien, Wolfgang Schüssel. Aucun commentaire, jusqu'à maintenant, car la chancellerie doit d'abord l'étudier. Il semble, pourtant, que ce rapport pourrait conduire à l'apogée du processus entamé à Melk, petite ville autrichienne, où l'Autriche et la Tchéquie se sont mises d'accord sur un examen de la sécurité et de l'influence de la centrale sur l'environnement. Les Verts et d'autres partis politiques autrichiens continuent, pourtant, à critiquer la sécurité de Temelin. Deuxième volet des nouveautés : le gouvernement régional de la Haute-Autriche vient de déposer une plainte contre la société CEZ, propriétaire de Temelin, auprès de la cour de Linz. La plainte devrait contraindre CEZ a appliquer certaines mesures techniques. Le porte-parole de la société, Daniel Castvaj, a réagi en affirmant qu'une telle plainte ne le préoccupait pas. CEZ, lors de la construction et de la mise en service de Temelin, respecte les normes législatives tchèques. Il ne voit donc pas comment, un gouvernement régional étranger pourrait poursuivre la société en justice. Selon Castvaj, il ne s'agit que d'un nouvel effort de la partie autrichienne pour arrêter la mise en service de la centrale.

En ce qui concerne la mise en service, justement, du réacteur du premier bloc, arrêté au mois de mai en raison de problèmes avec la turbine, les travaux se poursuivent. D'ici à la semaine prochaine, les tests et contrôles devraient être terminés et le réacteur devrait être remis en service. Il fonctionnera à 55 % de son rendement. D'ici à la fin de cette année, trois étapes de la mise en service du premier bloc auront lieu : rendement à 75, 90 et 100 % du bloc énergétique. Chaque étape doit recevoir le feu vert de l'Office national du contrôle de la sécurité nucléaire.