Saint Nicolas, un souvenir parfois traumatisant pour les petits Tchèques

r_2100x1400_radio_praha.png

Salut à tous les tchécophiles de Radio Prague – Ahoj vám všem, milovníkům češtiny Radia Praha ! Comme chaque année, vendredi soir, 5 décembre, les petits garçons et petites filles tchèques ont attendu la visite de Saint Nicolas – Svatý Mikuláš, pour ce qui constitue la fête la plus populaire du temps de l’Avent. En République tchèque comme dans d’autres pays du nord et de l’est de l’Europe, la Saint Nicolas est une fête pour les enfants qui met en scène saint Nicolas de Myre ou de Bari, à l’origine également du personnage du Père Noël, que les Américains appellent d’ailleurs Santa Claus, Saint Nicolas donc. Reste que dans chaque pays, les traditions liées à la célébration de celui qui est reconnu pour sa grande générosité et est considéré comme le patron des enfants et des écoliers varient quelque peu. L’occasion, donc, de rappeler les usages et les coutumes en République tchèque.

Donateur attentionné, représenté sous l'aspect d'un vieillard à barbe blanche portant un long manteau à capuchon ou parfois même des habits épiscopaux, Saint Nicolas reste aujourd’hui encore également un personnage moralisateur. Il récompense les enfants sages et méritants et punit, au contraire, les autres, ceux qui n’obéissent pas. Responsable de la troupe théâtrale de la Radio tchèque, Zdena Fleglova a donc l’habitude de travailler avec les enfants, dont vous avez pu entendre l’un deux en ouverture de l’émission. Elle nous explique donc plus en détail comme se passe la fête de la Saint Nicolas pour les petits Tchèques :

« Je dirais que c’est une fête éducative car Saint Nicolas pose des questions aux enfants et il attend des bonnes réponses. Il est toujours accompagné du diable et d’un ange. Le diable punit les enfants qui n’on pas été sages et l’ange le contraire, bien entendu. Saint Nicolas est un grand personnage, il demande aux enfants, par exemple, s’ils rangent leur chambre, brossent leurs dents, apprennent bien leurs leçons, etc. Les enfants doivent répondre et, normalement, les parents informent avant Saint Nicolas de ce qui est important concernant leurs enfants et les questions qu’il doit donc leur poser. C’est donc toujours quelque chose de très personnel et bien précis. Les enfants, surtout les plus petits, ont souvent très peur car Saint Nicolas sait tout. Il sait comment l’enfant s’est comporté pendant toute l’année. Ensuite, Saint Nicolas demande aux enfants de réciter un poème ou de chanter, puis les enfants reçoivent un cadeau, généralement des friandises. »

Vous l’aurez donc compris, en République tchèque, le 5 décembre au soir, soit la veille de sa fête, Saint-Nicolas défile donc dans les rues accompagné d'un petit diable - čertík, et d'un petit ange - andělíček. Auprès des enfants, l'évêque de Myre, ancêtre du Père Noël, s'enquête de savoir s'ils ont été bien sages à la maison et ont bien appris leurs leçons à l'école. Ensuite, les enfants, en échange d'une friandise, de chocolat ou de fruits, lui récitent un poème ou chantent une chanson.

Mais attention, si le petit garnement a fait des bêtises ou s’il n’écoute pas ce que lui disent ses parents, c'est alors le diable qui entre en scène et entre deux cris et deux bonds lui remet un morceau de charbon. Ce diable qui est en fait l’équivalent du Père Fouettard, qui accompagne Saint Nicolas dans tous ses voyages comme le veut la tradition dans d’autres régions et qui punit les enfants de différentes manières. Mieux vaut donc être bien sages comme le sont les petits diables, pardon les petits comédiens de la troupe théâtrale de la Radio tchèque lorsqu’ils chantent en chœur :

To je všechno ! C’en est tout, en effet, pour ce « Tchèque du bout de la langue » consacré à la célébration de la fête de Saint Nicolas en République tchèque. En attendant donc sa venue la semaine prochaine, soyez donc bien sages, petits et grands, portez-vous du mieux possible - mějte se co nejlíp !, portez le soleil en vous - slunce v duši, salut et à bientôt - zatím ahoj !