Sazava Fest : beaucoup de musique, mais aussi des lectures et du théâtre

r_2100x1400_radio_praha.png

La longue série des festivals de musique de l'été continue, avec, cette fois, le Sazava Fest qui a commencé ce jeudi et s'achèvera le 6 août. Mais pour ce festival qui se veut multiculturel, c'est aussi le mélange des genres qui est mis en avant.

Les festivals de musique estivaux se suivent... et se ressemblent aussi un peu, serait-on tenté de dire. En effet, nombre de groupes locaux enchaînent les concerts d'un endroit à l'autre. On pourra dire que les mélomanes qui n'ont pas eu la chance de voir tel groupe à tel festival ont ainsi la possibilité de se rattraper ailleurs. Soit. Et que l'atmosphère change aussi selon l'endroit où il est organisé : le Sazava Fest, pour sa part, se déroule sur une presqu'île de la rivière du même nom, qui coule dans le sud-est de la Bohême. Grillades, saucisses, bière qui se réchauffe trop vite dans des gobelets en plastique sont les incontournables compagnons de tout festivalier qui se respecte. Bref, aussi populaires les festivals soient-ils, ils deviennent un chouia plus intéressant quand les organisateurs se décarcassent en proposant le petit plus qui les distinguera.

Sazava Fest est donc également l'occasion, pour les milliers de spectacteurs attendus, de voir sur scène la troupe alternative pragoise Alfred ve dvore ou d'assister à des séances de lecture : un des membres du groupe Tatabojs sera de la partie pour lire des passages du Nanobook, basé sur la réalisation d'un de leurs albums. Mais également Viki Shock, un jeune poète et artiste tchèque, auteur de textes qui résonnent d'un surréalisme drôle, sombre, souvent désenchanté, à coup sûr évocateur. Jiri Dedecek, traducteur de Brel et Brassens ou encore Michal Viewegh, pour les plus connus, seront également au rendez-vous.

Côté musique, ce sont bien entendu les rythmes endiablés des cuivres tziganes du Boban i Marko Markovic Orchestar qui promettent d'attirer du monde. La troupe est composée de 13 musiciens et est à l'origine des plus grands tubes des films d'Emir Kusturica, Underground, Chat noir chat blanc et autres productions du réalisateur déchaîné.

Pour le public français, ils sont un peu des vieux de la vieille : les membres du groupe Manau qui, il y a déjà quelques années de cela, ont connu quelques heures de gloire au sommet des hit-parades hexagonaux. Surfant sur la vague des musiques celtiques, ils ont adapté et composé des chansons bretonnantes aux rythmes du rap. Disparus depuis des ondes françaises, ils sont en tout cas parmi les invités principaux du festival tchèque. Un des événements attendus sera le concert de Banco de Gaia, un projet inclassable de world-music expérimentale du musicien Toby Marks originaire de Grande-Bretagne.

L'éventail des musiciens tchèques, quant à eux, de passage au Sazava Fest, ne diffère guère des autres programmations en plein air de l'été : Cechomor, Support Lesbiens, Sunshine, Monkey Business, Anna K., ou encore Sto Zvirat, Ahmed ma hlad et autres Miou-Miou et compagnie. Reste à espérer que le soleil soit quand même au rendez-vous, car contrairement aux festivals du mois de juillet caniculaire, Sazava Fest s'ouvre sous des auspices frisquets et humides.