Semaine de la culture juive à Holesov en Moravie

Photo: www.vitejte.cz

Holesov, en Moravie, accueille pour la sixième année consécutive le festival de la culture juive. Dédié cette année aux Juifs d'outre-Atlantique, il a débuté dimanche et s'achèvera samedi 4 août.

Présenter le judaïsme tel qu'il est, le faire mieux connaître, mais aussi rendre hommage aux victimes de l'Holocauste. Tel était l'objectif de quelques personnes enthousiastes et motivées, lorsqu'ils ont organisé la première semaine de la culture juive de Holesov en 2001. Celle-ci avait été inaugurée précisément le 11 août, soit 60 ans après que la nouvelle synagogue de Holesov ait été réduite en cendres, premier pas avant le début de la déportation des Juifs de Holesov. Cette tradition de témoignage sur la Shoah se poursuit encore aujourd'hui. Dimanche, pour le lancement de la sixième édition, c'est Erika Bezdickova, rescapée des camps, qui a fait part de son récit, comme nous le rappelle Jiri Richter, de l'association Olam-Judaica, qui organise le festival :

« On peut dire que madame Bezdickova a fait partie des enfants qui ont été déportés dans plusieurs camps de concentration. Elle a parlé de son destin et de ce qu'elle a vécu en Allemagne, elle a raconté comment on vivait dans les camps de concentration, évoqué les convois de la mort, comment il a été possible de survivre à l'horreur. Ensuite elle a également parlé de sa vie après la guerre et comment elle a dû gérer ce 'handicap'. En revenant de camp de concentration, elle était totalement orpheline, elle n'avait ni parents, ni famille. Elle a dû trouver sa place dans la société, mais elle a eu de la chance, elle est par la suite devenue journaliste à la radio à Brno. »

Avec les Juifs d'outre-Atlantique comme thème principal de cette année, le festival propose ainsi des musiques de George Gershwin et de compositeurs de jazz des années 20 et 30. Deux grands noms du judaïsme tchèque seront présents : Karol Sidon, grand rabbin de la République tchèque qui sera toutefois présent en tant qu'écrivain, et Arnost Lustig, un des grands noms de la littérature tchèque.

Mais un des événements les plus intéressants, hors programmation culturelle, était sans doute le rendez-vous pris chaque année par des dizaines de volontaires qui ont commencé, dès vendredi, à défricher et nettoyer le cimetière juif de Holesov.

Le cimetière juif à Holesov, photo: Jitka Erbenová, CC BY-SA 3.0 Unported
« Lors de la première édition du festival en 2001, nous avons également organisé également la toute première aide volontaire. C'est d'ailleurs peut-être l'autre raison pour laquelle le festival est né : une dizaine de volontaires sont arrivés de Finlande, d'Espagne, d'Allemagne... Vous savez, les volontaires ne viennent pas seulement pour travailler, ils veulent aussi découvrir la région, les gens, les coutumes. On s'est donc dit qu'il serait bien de leur offrir un événement culturel, mais qui soit lié à l'objectif pour lequel ils sont venus, c'est-à-dire leur travail sur des biens juifs, au cimetière juif. »

C'était Jiri Richter, un des organisateurs du festival.

Rappelons que les Juifs se sont installés à Holesov en 1454 après avoir été chassés des villes royales. 1 700 membres de la communauté y vivaient à la moitié du XIXe siècle. Les nazis firent disparaître la majeure partie de la communauté pendant la Seconde Guerre mondiale.