Tennis – Masters : pour Plíšková, cette fois n’est pas encore la bonne

Karolína Plíšková, photo: ČTK

Beaucoup la voyaient soulever le trophée après une entame de tournoi parfaite. Mais Karolína Plíšková devra encore patienter avant de remporter, peut-être, le premier Masters de sa carrière. A Singapour, la Tchèque est restée bloquée au stade des demi-finales du tournoi réunissant les huit meilleures joueuses de la saison.

Karolína Plíšková, photo: ČTK
Cela n’a certes pas toujours été la même chanson, la question s’est néanmoins posée avec Karolína Plíšková à plusieurs reprises cette saison au moment de faire le bilan : ses performances doivent-elles être considérées comme une satisfaction ou comme une déception ? Régulièrement présentée comme une candidate à la victoire finale, voire même comme la favorite d’un tournoi, la Tchèque, tout en ne décevant que très rarement, n’a souvent pas non plus répondu à toutes les attentes. On pense aux épreuves du Grand Chelem notamment, où ses meilleures performances en 2017 resteront une demi-finale à Roland-Garros ainsi que deux quarts de finale à l’Open d’Australie et à l’US Open, mais aussi donc dernièrement au Masters, épreuve qui aura symbolisé l’ensemble de sa saison.

Première qualifiée pour les demi-finales à Singapour après deux très nets succès aux dépens de l’Américaine Venus Williams et de l’Espagnole Garbine Muguruza lors de ses deux premiers matchs de groupe, Karolína Plíšková a finalement échoué aux portes de la finale, battue par la Danoise Caroline Wozniacki en deux sets (6-7, 3-6) samedi. A la sortie du court, la Tchèque regrettait d’abord d’avoir laissé filer six occasions de conclure dans une première manche particulièrement accrochée :

Karolína Plíšková, photo: ČTK
« Mon objectif était de sortir du groupe. J’y suis parvenue et j’ai donc abordé cette demi-finale dans de bonnes dispositions. Cela s’est joué à pas grand-chose dans le tie-break du premier set. C’est le haut niveau, mais si j’avais converti une des nombreuses balles de set que j’ai eues, nous en serions peut-être à parler de la finale maintenant et pas à faire le bilan de la saison. Je n’ai pas fait un mauvais match, mais j’ai des raisons d’être déçue. Les trois joueuses qui restaient dans le tournoi sont des joueuses que j’ai déjà battues, y compris cette saison, j’avais donc de bonnes chances, mais les choses se sont passées différemment, malheureusement. »

La déception de Plíšková était d’autant plus légitime que c’est finalement Caroline Wozniacki qui a remporté ce Masters, en dominant en finale une Venus Williams qui s’était précédemment débarrassée de la Française Caroline Garcia dans l’autre demi-finale. C’est donc avec un bilan de trois titres (Brisbane, Doha et Eastbourne) et de huit semaines passées dans le fauteuil de numéro un mondiale que la Tchèque achève une saison 2017 qui, malgré les nouveaux progrès enregistrés, laisse ses supporters et les observateurs quelque peu sur leur faim. Au sein d’une élite mondiale féminine très resserrée, nombreux sont ceux à ne pouvoir s’empêcher de penser qu’il y avait sans doute mieux à faire.

Andrea Hlaváčková sacrée en double

Andrea Hlaváčková et Timea Babos, photo: ČTK
Une joueuse tchèque s’est malgré tout imposée à Singapour. Aux côtés de la Hongroise Timea Babos, Andrea Hlaváčková a remporté le tournoi du double féminin. En finale, les deux filles d’Europe centrale ont battu la paire composée de la Néerlandaise Kiki Bertens et de la Suédoise Johanna Larsson en trois sets (4-6, 6-4, 10-5). Et à 31 ans, Andrea Hlaváčková a confirmé une fois de plus qu’elle était bien une des meilleures spécialistes du double de ces dernières saisons :

« Je pense que ce titre est mérité et clôt merveilleusement la saison. Je considère que ce Masters vaut un Grand Chelem, même si je n’avais jamais vraiment rêvé de le gagner. Mais je n’espérais pas non plus avoir une médaille olympique ou un titre du Grand Chelem. Et voilà que j’ai tout ça aujourd’hui. Peut-être est-ce comme ça dans la vie : on obtient parfois ce que l’on ne désire pas forcément le plus. »

Seulement 468e joueuse au classement individuel de la WTA, Andrea Hlaváčková est désormais la 5e mondiale en double. Et sa victoire à Singapour lui permet de voir son nom figurer au palmarès aux côtés de ceux de ses compatriotes les plus illustres, de Martina Navrátilová bien entendu à Jana Novotná en passant par Hana Mandlíková et Helena Suková. Rien que ça, quand même.