« Total Denial » : les témoignages des Birmans opposés à la présence des groupes pétroliers et gaziers dans leur pays

Vaclav Havel et Ales Bialacki, photo: CTK

Deux personnalités ont été récompensées au tout début du festival international du film documentaire sur les droits de l'Homme, Jeden svet, qui se tient à Prague jusqu'au 9 mars. Ales Bialacki, figure de l'opposition démocratique en Biélorussie et fondateur de l'initiative indépendante Viasna, a reçu, pour ses activités, le prix Homo Homini. Jeudi soir, la cinéaste américaine Milena Kaneva s'est vue décerner un prix spécial des mains de Vaclav Havel, pour son documentaire « Total Denial » (Négation totale).

Vaclav Havel et Ales Bialacki, photo: CTK
« Ce film montre, d'une façon très suggestive, à quel point il est dangereux de placer les intérêts économiques au-dessus des droits de l'Homme », a dit l'ex-président Vaclav Havel devant un parterre rempli de la salle de cinéma Lucerna. A ses côtés, une charmante femme menue, d'apparence fragile, un peu trompeuse... Milena Kaneva a fait preuve, en tournant son documentaire, d'autant de courage que les héros de celui-ci : les villageois de la jungle birmane, qui se sont opposés à la dévastation de leur pays par les géants pétroliers et gaziers Total et Unocal, profitant de la situation dans ce pays. Le réfugié birman Ka Hsaw et ses compatriotes, que la réalisatrice a filmés pendant cinq ans, ont décidé de porter plainte contre les sociétés en question aux Etats-Unis. Milena Kaneva :

Milena Kaneva, photo: CTK
« Jusque-là, tout le monde pensait que c'était impossible, parce que la législation américaine ne permettait pas de responsabiliser les grandes entreprises. Mais moi, je trouvais ces paysans extrêmement courageux et persévérants. Finalement, ils ont gagné ! Ils ont fait modifier la législation et à ce jour, près de vingt personnes, venues du tiers monde, ont porté plainte aux Etats-Unis contre différentes sociétés multi-nationales, pour protester contre leurs activités néfastes, cachées derrière de bonnes intentions. Je crois donc que c'est une histoire positive et qui met en valeur surtout le courage de Ka Hsaw. Il vit en exil en Thaïlande et ne peut plus rentrer en Birmanie. Il s'est exilé après les événements de 1988 et les répressions contre Aung San Suu Kyi. Ce prix-là va aider le film. En plus, il est présenté, à ce festival, en première mondiale. Je suis ravie que ce soit ici, à Prague qui est un symbole de la liberté, au même titre que Vaclav Havel. J'espère que ça portera chance à tous ceux qui luttent pour la justice dans le monde.»

La documentariste américaine Milena Kaneva, auteur du film Total Denial, au festival Jeden svet. La manifestation propose, jusqu'à jeudi prochain, plus de 100 documentaires venus de 40 pays.

Auteur: Magdalena Segertová
mot-clé:
lancer la lecture