Un disque tchèque de musique de Bohuslav Martinů reçoit le Prix de la revue Gramophone

r_2100x1400_radio_praha.png

C’est un enregistrement de trois fragments inédits de l’opéra Juliette de Bohuslav Martinů qui a obtenu, ce vendredi, à Londres le Prix de la revue Gramophone dans la catégorie du récital. Le prix a été remis au chef d’orchestre Charles Mackerras qui dirige dans cet enregistrement l’Orchestre philharmonique tchèque.

L’opéra Juliette ou la Clef des songes, dont la première a eu lieu en 1938, est basé sur une pièce de théâtre de Georges Neveux. Son auteur explore le monde insaisissable du rêve qui était si cher aux surréalistes. Et cet univers ou rien n’est tout à fait concret et où les gens ont perdu la mémoire a été mis en musique par Bohuslav Martinů. Georges Neveux se rendait compte que le compositeur avait donné à sa pièce onirique une dimension nouvelle: «J’avais retrouvé ma pièce, a-t-il écrit, et pourtant j’avais l’impression de l’entendre pour la première fois… avec cette émotion et cette profondeur que seule la musique peut exprimer au-delà des mots.»

Les trois fragments de Juliette sont une version considérablement raccourcie de l’opéra par le compositeur qui voulait résumer ainsi son oeuvre pour une diffusion à la radio. Ils n’ont été découverts que récemment et ont été présentés en concert pour la première fois les 11 et 12 décembre dernier par l’Orchestre philharmonique sous la direction de Charles Mackerras. C’est par cet enregistrement que ce chef de 83 ans, qui est un grand propagateur de la musique tchèque, a mis un point final à sa longue collaboration avec cet orchestre. Le rôle de Juliette, femme insaisissable, femme de rêve, est campé sur le disque par Magdalena Kožená. Selon les représentants de la maison Supraphon c’est surtout grâce à elle que le disque a été primé par la revue Gramophone.