Un épis de plus de 400 millions de couronnes

Photo: CTK

La police tchèque, en coopération avec les Douanes tchèques et leurs collègues allemands, viennent de réaliser le plus gros coup de filet de l'histoire, dans le milieu de la fabrication et la vente clandestine des cigarettes. Une conférence de presse a eu lieu à cette occasion.

Cornelius Sello, photo: CTK
L'équivalent de 50 camions remplis de cigarettes et d'une valeur de plus de 400 millions de couronnes (28 couronnes l'euro) à été saisi par la police et les services des douanes tchèques à l'issue d'une opération qui a duré deux ans et qui s'appelait « L'épis ». Le coup de filet dans le monde de la production, de la vente et de l'exportation des cigarettes a mobilisé dans les 850 personnes : police, police financière, corps spéciaux de la police, douanes et même des membres de l'URNA, le Groupe d'intervention rapide. L'opération visait tout un réseau de la contrebande des cigarettes et s'est effectuée dans 50 endroits différents : stocks clandestins de tabac brut, ateliers de séchage, de fabrication et d'emballage des cigarettes, entrepôts de cartons remplis de cartouches prêts à l'expédition. Les destinations ? Surtout les marchés et les kiosques en Tchéquie, mais aussi une très grande partie qui prenait la route de l'étranger, surtout l'Allemagne, mais aussi la Grande-Bretagne. C'est d'ailleurs pour cela que Cornelius Sello, représentant la Police financière allemande était présent à cette conférence de presse. Il a confirmé que la coopération entre la Tchéquie et l'Allemagne était très intense dans la répression de la contrebande des cigarettes, mais aussi d'autres produits, comme l'alcool par exemple. La coopération des grands fabricants de cigarettes comme Philip Morris ou l'Office contre la fraude fiscale de l'Union européenne était aussi indispensable. Il a pourtant été constaté que le client tchèque ne risquait pratiquement pas d'acheter des cigarettes de production illégale dans les bureaux de tabac, les magasins, les hôtels ou les restaurants. Une centaine de personnes ont été arrêtés la semaine dernière, dont 81 ont été mises en garde à vue. Vingt malfaiteurs ont été écroués, dont trois Tchèques. Le réseau était, en effet, formé surtout par des étrangers et la Police d'immigration compte en expulser plusieurs. Les chefs d'inculpation sont nombreux : contrefaçon, vente illégale, fraude fiscale, falsification des timbres collés sur les paquets de cigarettes. Lors de l'opération « L'épis » qui s'est principalement déroulée en Bohême du nord et de l'ouest, on n'a saisi qu'une seule arme, alors que les malfaiteurs étaient classés « hautement dangereux ».
Photo: CTK
Existe-t-il une coopération avec les autorités françaises et la France est-elle aussi une destination des cigarettes clandestines fabriquées en Tchéquie ? Réponse de Karel Simak, directeur du département de la surveillance des Douanes tchèques :

« L'administration des douanes coopère avec toutes les douanes du monde. En ce qui concerne cette opération, il n'y avait pas d'informations indiquant que les cigarettes fabriquées en Tchéquie pourraient être distribuées directement en France. Pourtant, cela ne peut être exclu. La contrebande des cigarettes se développe dans tous les pays, mais je ne peux affirmer que la France en ferait partie. »

Conclusion assez pessimiste de la conférence de presse : impossible d'affirmer si la production illégale et la contrebande des cigarettes seront, un jour, éradiquées.