Un magazine rom montre le chemin à suivre

r_2100x1400_radio_praha.png

Un mensuel rom, destiné tant à la communauté tzigane qu'aux Tchèques, augmente ses parutions. De prime abord, un détail, rien d'autre. Sauf si l'on s'intéresse à son contenu. Guillaume Narguet s'y est attelé.

Si la République tchèque et ses habitants ne sont pas les seuls en Europe à nourrir à l'encontre de la communauté de leur pays des sentiments allant de la compréhension à l'incompréhension, en Tchéquie peut-être un peu plus qu'ailleurs, les relations entre les deux peuples sont bien souvent marquées du sceau de l'antipathie. Mais si les raisons à cet état de fait sont diverses, multiples, voire complexes, elles ne se trouvent toutefois que rarement justifiées. Car comme pour nombre de relations houleuses entre hommes ou peuples, aussi différents soient-ils, le c'ur du problème réside dans la méconnaissance, le désintérêt, l'ignorance et même dans l'irrespect de la culture et des us et coutumes de la communauté certes voisine, mais avant tout étrangère.

C'est pourquoi il convient de saluer comme il se doit le magazine rom Amaro Gendalos, l'un des quatre périodiques traitant de la communauté rom et paraissant en République tchèque. Le but déclaré de ce mensuel est, en effet, d'informer non seulement les Roms, mais aussi, plus généralement, tous ceux qui cherchent à connaître et pénétrer le mystère d'une culture et de traditions tziganes parfois quelque peu compliquées à aborder. Cela, selon la rédactrice en chef, afin que le lecteur tchèque porte un regard nouveau, plus objectif sur une problématique raciale encore irrésolue. Dans cette optique, le magazine informe ses lecteurs des faits et événements dans la communauté rom et s'évertue à les initier à l'histoire et au présent du peuple rom. Les articles paraissent tant en tchèque qu'en langue tsigane, les rédacteurs désirant sauvegarder puis développer la forme écrite de la langue.

Amaro gendalos existe depuis 1997. L'année dernière, à la conférence internationale des journalistes tziganes, il a été élu meilleur magazine rom et cette année, en plus de l'aide déjà apportée par l'Union européenne par son programme "Phare", le gouvernement tchèque lui a accordé une subvention de plus de 65 000 euros. Enfin, chaque trimestre, un supplément de douze pages présentant différentes personnalités de tout horizon culturel, tziganes ou non, complète le magazine dans l'objectif d'être utilisé à l'école et de participer à l'éducation d'une communauté affaiblie par un niveau d'instruction scolaire souvent très bas.