Un nouveau pas vers l’agriculture biologique

La République tchèque lance un programme de soutien à l’agriculture écologique. Le nouveau programme définit les mesures à prendre pour la protection de la diversité biologique du paysage tchèque et pour sauver les plantes et les animaux qui ne sont pas capables de survivre dans les conditions actuelles. Il attribue aussi de nouvelles subventions aux agriculteurs qui exploiteront leurs terres d’une façon exclusivement écologique.

Le ministère de l’Agriculture a préparé une importante campagne pour sensibiliser les consommateurs aux avantages de la nourriture biologique. Le ministre Petr Gandalovič a présenté les principaux aspects de la campagne à la radio publique tchèque :

« Nous désirons que les consommateurs tchèques se rendent compte, dans une plus grande mesure, de l’importance des aliments bio. Nous voulons d’abord leur donner les informations nécessaires afin qu’ils ne confondent pas l’alimentation biologique avec le végétarianisme ou la macrobiotique. L’aliment bio peut être n’importe quel produit issu de l’agriculture écologique mais les producteurs des produits bio doivent respecter les règles les plus strictes. »

Le programme du soutien de l’agriculture écologique est financé à 80 % par les fonds de l’Union européenne. Dans son cadre, seront créées dans le paysage les zones bio où ne seront utilisées pendant une période de cinq ans que des semailles spécialement choisies et qui ne pourront pas être traversées par des machines agricoles. Les pertes financières dues à ces restrictions seront remboursées aux agriculteurs par l’Union européenne. Actuellement la subvention pour un hectare de terre atteint 401 euros par an.

« Les conditions de l’agriculture écologique sont extrêmement sévères, déjà à partir du labourage de la terre. Le consommateur peut donc être sûr qu’en achetant un aliment bio, il participe à une agriculture qui ménage, depuis le début, et la nature et lui-même. »

Pour organiser la campagne et familiariser le consommateur avec ces nouveaux produits sur le marché alimentaire, le ministère a fait appel à des professionnels :

« La campagne sera organisée par une agence de marketing d’une façon classique. Dans son cadre, seront réalisés des sites Internet, des panneaux publicitaires et des annonces dans les journaux. Dans les grands centres commerciaux, les consommateurs trouveront nos hôtesses qui leur donneront des informations utiles et leur montreront qu’aujourd’hui déjà les aliments biologiques sont disponibles. »

Reste à assurer évidement un contrôle efficace de la qualité biologique de cette nouvelle génération d’aliments, un contrôle qui surveillerait les producteurs de cette nourriture saine et naturelle et les empêcherait de tricher.