Un trésor ressuscité

r_2100x1400_radio_praha.png

Il y a 15 ans, on a découvert au château de Becov un véritable trésor. A partir du 15 novembre, ce trésor sera exposé à Prague. Vaclav Richter.

Les Pragois auront l'occasion de voir, à partir de ce mercredi, le reliquaire de saint Maur, oeuvre des orfèvres romans du 13ème siècle. Cette châsse richement ornée a été conçue pour abriter les reliques de saint Maur et de saint Jean-Baptiste dans l'abbaye des bénédictins à Florennes située aujourd'hui sur le territoire belge. La châsse de bois de chêne a été couverte de riches ornements de vermeil et de cuivre doré. Sur les parois du reliquaire, long de 138, large de 42 et haut de 65 centimètres, on voyait des figurines de saints trônant dans des niques dorées, mais aussi des reliefs, des pierres précieuses incrustées dans le métal et des gemmes antiques. En 1838, la châsse a été achetée par Alfrède de Beaufort et restaurée d'une façon bien maladroite. En 1888, elle a été exposée à Bruxelles et transférée ensuite au château de la famille de Beaufort à Becov en Bohême de l'ouest. Lorsque les Beaufort fuyaient la Bohême à la fin de la Seconde Guerre mondiale, ils ont enseveli le reliquaire sous les dalles de la chapelle de leur château. La châsse n'a été découverte qu'en 1985. Elle était dans un état lamentable. Le fond du coffre en bois de chêne était pourri, les éléments métalliques étaient rongés par la corrosion. Ce n'est qu'en 1991 qu'on a commencé les travaux de restauration qui, aujourd'hui encore, ne sont pas terminés et se poursuivront probablement jusqu'à la moitié de l'année prochaine. Les frais de restauration ont atteint 9 millions de couronnes, près de 1,8 millions de FF. L'exposition présentée au château de Prague offre au public l'occasion unique de voir le reliquaire au cours des travaux et d'admirer les éléments et les détails qui ne seront plus visibles après la fin de la restauration. L'équipe des restaurateurs a travaillé et travaillera encore dans un endroit tenu secret, car il s'agit d'un objet extrêmement précieux dont la valeur historique et artistique le classe juste derrière les joyaux de la couronne de Bohême.